Bien qu’il s’agisse d’un élément vital dans de nombreux systèmes d’approvisionnement en eau du monde, le dessalage n’a jamais vraiment atteint son plein potentiel. Une combinaison de coûts élevés, de processus inefficaces et de préoccupations environnementales a quelque peu limité son développement et divisé les opinions. Mais cela pourrait être sur le point de changer. Grâce à des niveaux d’investissement plus élevés et à des avancées technologiques novatrices, le dessalage pourrait enfin s’imposer comme le fer de lance de la lutte mondiale contre la pénurie d’eau.

Par Fady Jameel, président délégué et vice-président d’Abdul Latif Jameel

La réalité bouleversante de la pénurie d’eau

La pénurie d’eau est une crise humanitaire, économique et écologique. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) reconnaît qu’il s’agit de l’un des défis les plus urgents pour le développement durable de notre société.[1] Selon un rapport récent de l’UNICEF et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 1 personne sur 3 dans le monde n’a pas accès à l’eau potable.[2]

Le World Resources Institute révèle que 17 pays (qui abritent un quart de la population mondiale) sont confrontés à des niveaux « extrêmement élevés » de stress hydrique de base.[3] Douze d’entre eux se trouvent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où le climat aride est aggravé par l’utilisation sans cesse croissante de l’eau à des fins agricoles, industrielles et domestiques.[4]

La pénurie d’eau est un réel problème mondial. Une demande massive et en pleine croissance place les États-Unis, la Chine et l’Inde dans une situation critique. En 2018, à 90 jours près, la ville du Cap allait devoir couper l’alimentation en eau de ses habitants.[5] Même les régions jouissant d’une abondance relative d’eau peuvent contribuer au problème.

Une étude réalisée dans le cadre du projet IMPREX [6] (IMproving PRedictions and management of hydrological EXtremes, améliorer les prévisions et la gestion des extrêmes hydrologiques) a constaté que 38 % de la consommation effective d’eau de l’UE a lieu en dehors de ses frontières pour la production de biens et de services ; souvent dans des régions directement frappées par la pénurie d’eau.[7]

L’approvisionnement en eau douce diminue régulièrement tandis que la demande augmente régulièrement. Au 20e siècle, la population mondiale a quadruplé, mais l’utilisation de l’eau a été multipliée par six.[8]

D’ici 2050, l’approvisionnement pourrait baisser jusqu’à 25 % dans de nombreux bassins hydrographiques du monde.[9] Au cours des 30 prochaines années, les experts de la Banque mondiale estiment que la pénurie d’eau pourrait coûter à certaines régions jusqu’à 6 % de PIB et entraîner des migrations massives et des conflits.[10] En revanche, ces risques pourraient être compensés par de meilleures décisions politiques, certaines régions pouvant améliorer leur taux de croissance jusqu’à 6 % grâce à une meilleure gestion des ressources en eau.

ALJ Water Scarcity GDP

La pénurie d’eau a des répercussions sur plusieurs des 17 objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies (ONU), notamment l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement (ODD 6), la lutte contre le changement climatique (ODD 13), l’énergie propre à un coût abordable (ODD 7) et la faim « zéro » (ODD 2).[11] Le changement climatique, en particulier, est une source de préoccupation importante.

La FAO estime que « pour chaque degré Celsius de réchauffement climatique, 7 % de la population mondiale verra au moins 20 % des ressources en eau renouvelable se tarir ».[12]

La réponse est évidente. Nous avons besoin de plus d’eau. Heureusement, elle est là, autour de nous.

De l’eau, il y en a partout

Il y a cependant un petit problème. Environ 71 % de la planète est recouverte d’eau, mais à peine 1 % est propre à la consommation humaine. 2 % sont sous forme de glace et le reste est réparti entre les océans, les lacs, les eaux souterraines, etc. (avec de grandes quantités de sodium, divers autres minéraux, des polluants et toute la vie marine).

Transformer l’eau de l’océan en eau propre à l’usage humain, sans parler de la consommation directe, n’est pas un processus aussi simple qu’on pourrait le penser, principalement en raison de la grande quantité de sel et d’autres impuretés présentes dans l’eau de mer.

Le dessalage de l’eau est le processus d’extraction du sel de l’eau de mer pour créer de l’eau douce, qui peut être convertie en eau ultrapure pour être bue ou en eau potable pour l’industrie et l’agriculture.

Le dessalage thermique et le dessalage par membrane sont les deux méthodes les plus répandues.

Le dessalage thermique utilise la chaleur pour évaporer l’eau et ainsi la séparer du sel. Dans le dessalage par membrane, l’osmose inverse (OI) exploite le processus naturel d’osmose, transférant l’eau à travers des membranes semi-perméables pour éliminer le sel et d’autres impuretés. De nombreuses usines de dessalage prétraitent également l’eau pour améliorer l’efficacité du processus.

Water Desalination in numbers

Plus de 17 000 centrales de dessalage sont en activité dans 174 pays, produisant 107 millions de mètres cubes d’eau dessalée chaque jour.[13] De nombreux pays ne pourraient tout simplement pas s’en passer. Le Moyen-Orient représente un peu moins de la moitié de la capacité totale, tandis que l’Asie, la Chine, les États-Unis et l’Amérique du Sud augmentent rapidement leur capacité de dessalage.

L’Arabie saoudite étend son infrastructure de dessalage pourtant déjà importante. Et sur le plan personnel, je suis fier de pouvoir dire qu’Abdul Latif Jameel commence à jouer un rôle de plus en plus important à cet égard grâce à Almar Water Solutions.

Almar Water Solutions est un fournisseur spécialisé dans le développement d’infrastructures hydrauliques, notamment la conception, le financement et l’exploitation. Elle s’est avérée être la société sœur complémentaire idéale de Fotowatio Renewable Ventures (FRV), notre fleuron dans le domaine des énergies renouvelables ; toutes deux rattachées à Abdul Latif Jameel Energy.

En janvier 2019, Almar Water Solutions a remporté le contrat en Arabie saoudite pour développer Al Shuqaiq 3 IWP, l’une des plus grandes usines de dessalage par osmose inverse au monde.

Situé près de la ville d’Al Shuqaiq, dans la mer Rouge, un investissement de 600 millions USD permettra de financer le développement d’une centrale de la taille de 34 terrains de football. Lorsque les travaux seront achevés en 2021, l’usine produira 450 000 m3 d’eau propre tous les jours selon un programme de construction-exploitation-exploitation de 25 ans avec SWPC. Plus de 1,8 million de personnes recevront de l’eau douce du site et 700 emplois seront créés.

La nouvelle de notre participation est arrivée moins de huit semaines après avoir obtenu le contrat de production de la première usine de dessalage à grande échelle du Kenya. Une fois opérationnel, le site fournira 100 000 m3 d’eau potable à plus d’un million de personnes à Mombasa, sur le littoral du Kenya, où une grave crise de l’eau a provoqué des interruptions d’approvisionnement pendant plusieurs années.

Dessalage : la facture est salée !

Du fait d’un approvisionnement en eau brute pratiquement illimité, le dessalage de l’eau constitue une ressource potentiellement essentielle pour réduire la dépendance à l’eau et apporter sécurité et prospérité à certaines des nations les plus pauvres du monde. Malheureusement, ce processus peut aussi être coûteux et énergivore.

En moyenne, une usine d’osmose inverse consomme jusqu’à 13 kilowatts-heures par 3 800 litres traités.[14] Or, la majeure partie de cette énergie provient aujourd’hui de combustibles fossiles. D’ici 2020, les émissions mondiales de CO2 des usines de dessalage fonctionnant à l’énergie fossile pourraient atteindre 218 millions de tonnes.[15] Il est évident qu’émettre plus de dioxyde de carbone pour résoudre un problème causé en grande partie par le changement climatique est clairement insoutenable et voué à l’échec.

Ironiquement, le dessalage est souvent moins rentable dans les zones qui en ont le plus besoin. Au-delà des coûts énergétiques importants, l’eau est lourde et coûteuse à transporter par rapport à sa valeur. C’est pourquoi les usines de dessalage sont généralement situées sur la côte et à proximité du point d’utilisation, desservant une demande industrielle, commerciale ou domestique relativement aisée[16]. En contrepartie, cela délaisse les zones plus défavorisées et les régions intérieures relativement plus « élevées et arides ».

Selon l’Institut de l’université des Nations Unies (UNU) pour l’eau, l’environnement et la santé, pour assurer le déploiement de systèmes de dessalage abordables et respectueux de l’environnement dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, des innovations technologiques sont nécessaires, ainsi que des mécanismes financiers novateurs pour soutenir la durabilité de ces systèmes.[17]

Préoccupations environnementales

Des préoccupations ont également été soulevées au sujet du principal sous-produit du dessalage : les eaux usées hautement concentrées en sel, appelées saumure. Certaines voix discordantes affirment que la saumure épuise les niveaux d’oxygène de l’eau de mer et peut être nocive pour la vie marine ; elle doit donc être dispersée sur de grandes surfaces pour en minimiser l’impact. Un rapport récent de l’université des Nations Unies (UNU) a constaté que les usines de dessalage rejetaient 50 % de saumure de plus qu’on ne le pensait auparavant, soit suffisamment pour mettre la Floride sous 30 cm d’eau chaque année.[18]

Desalination processL’International Desalination Association (IDA) minimise toutefois ces préoccupations : « Une expérience à long terme menée dans le monde entier indique que les rejets des usines de dessalage d’eau de mer sont sans danger pour l’environnement et ne perturbent pas la flore et la faune aquatiques. »[19]

De nombreux experts s’accordent à dire que la saumure n’est pas toxique. Selon eux, il s’agit simplement des mêmes sels qui se trouvaient dans la mer à l’origine, et qui y sont ensuite rejetés après filtration par membrane. En ce qui concerne la nécessité de répartir la saumure sur une grande surface pour la diluer, ils soulignent le fait que toute l’eau produite par les usines de dessalage (l’eau dessalée et la saumure) finit par retourner à la mer dans le cadre du cycle normal de l’eau, de sorte que le niveau de dilution est naturellement maintenu. De plus, l’eau de pluie vient encore accroître cette dilution, ce qui garantit que les océans conservent un niveau naturel de concentration saline.

Soif d’innovation

Malgré les défis, je crois fermement qu’il y a de nombreuses raisons d’être optimistes. Les progrès récents de la technologie et de la R et D suggèrent que le dessalage durable est sur le point de faire une percée qui pourrait transformer les systèmes d’eau mondiaux.

L’innovation continue depuis les années 1970 a déjà réduit la consommation d’énergie de l’osmose inverse d’un facteur 10, et les coûts devraient diminuer de deux tiers supplémentaires au cours des deux prochaines décennies.[20] En effet, des recherches approfondies sur le prétraitement, le filtrage nanotechnologique et les méthodes électrochimiques laissent entrevoir un processus de dessalage plus efficace. Une grande partie des études se concentre sur l’amélioration de l’efficacité des membranes utilisées pour l’osmose inverse et d’autres procédés de dessalage par membrane.

Il a été démontré que les membranes nanostructurées offrent des gains de productivité de 20 %. L’utilisation d’une forte densité de nanotubes de carbone dans les membranes d’osmose inverse pourrait réduire les coûts de dessalage au niveau des technologies de traitement de l’eau conventionnelles d’ici une décennie.[21]

Graphene sieve seawater to drinking water
Crédit image © Université de Manchester

Des scientifiques de l’université de Manchester ont récemment mis au point un tamis en graphène capable de convertir l’eau de mer en eau potable, ce qui représente un énorme potentiel s’il peut être développé à plus grande échelle.[22] Dans la revue à comité de lecture Nature Nanotechnology, le professeur Rahul Reveendran Nair de l’université de Manchester a déclaré : « La fabrication de membranes évolutives dotées d’une taille de pore uniforme jusqu’à l’échelle atomique est un énorme pas en avant qui ouvrira de nouvelles possibilités en vue d’améliorer l’efficacité de la technologie de dessalage. »[23]

Une autre société britannique, G20, utilise de l’oxyde de graphène pour améliorer l’efficacité des filtres à membrane à base de polymères existants.[24]

S’inspirer de la nature

La nature nous offre également de nombreuses leçons de chimie.

Certaines des recherches les plus passionnantes tentent d’imiter les solutions ingénieuses de transport de l’eau imaginées par l’évolution. Les membranes biomimétiques dotées de structures d’aquaporine calquées sur des micro-organismes n’en sont qu’aux premiers stades de la recherche, mais pourraient constituer une percée dans le dessalage à basse énergie.[25]

L’osmose directe, processus par lequel les plantes absorbent l’eau du sol, est déjà utilisée dans le traitement des eaux usées industrielles et pourrait également être envisageable pour le dessalage. Contrairement à l’osmose inverse, qui utilise la pression, l’osmose directe est un processus peu exigeant en énergie. Les « sels commutables » extraient l’eau pure de l’eau de mer et la déposent de l’autre côté d’une membrane. Ensuite, le passage forcé d’air chauffé dans l’additif saumâtre le convertit en gaz, qui peut être collecté et réutilisé dans une boucle à haute efficacité énergétique.[26]

Les chercheurs rendent la pareille aux plantes. La rareté de l’eau contraint l’agriculture à dépendre de plus en plus du dessalage. Pourtant, l’osmose inverse, qui est la principale technologie utilisée, gaspille beaucoup d’eau et élimine les nutriments essentiels, qui doivent donc être réintroduits par le biais d’engrais. Néanmoins, la recherche de pointe développe ici aussi de nouvelles solutions potentielles.

« L’électrodialyse sélective intelligente (ISDE, en anglais) élimine sélectivement de l’eau les ions que les plantes n’apprécient guère (à savoir les ions monovalents [à charge unique] comme le sodium et le chlorure), tout en conservant les nutriments précieux comme le calcium et le magnésium », explique Kishor Govind Nayar, doctorant à l’Abdul Latif Jameel Water and Food Security Lab (J-WAFS) au sein du Massachusetts Institute of Technology (MIT). « Nous estimons que cette solution pourrait permettre d’économiser jusqu’à 25 % en consommation d’eau et 30 % en utilisation d’engrais par rapport à l’osmose inverse », ajoute-t-il.

L’un des principaux problèmes de l’osmose inverse est l’encrassement de la membrane par les sels et les matières biologiquement actives ; ce que l’on appelle l’encrassement biologique.[27] Le prétraitement chimique de l’eau brute est coûteux, long et seulement partiellement efficace. On observe une tendance grandissante vers le dessalage écologique, qui réduit les produits chimiques utilisés dans le cadre du dessalage grâce à une conception et un fonctionnement avancés du prétraitement. Le professeur Xuanhe Zhao, un autre chercheur du J-WAFS, et son équipe développent actuellement une technologie de nettoyage des membranes par vibration qui pourrait améliorer l’efficacité et la durée de vie des membranes et ainsi réduire les coûts de l’osmose inverse.

Xuanhe Zhao, Professeur en Développement de carrière Noyce, au Département de Génie mécanique au MIT

Toutes ces technologies destinées à gagner en efficacité faciliteront la hausse de la production.

Il existe également une série d’innovations qui visent à rendre le processus de dessalage lui-même « plus propre ».

Desalination typical zero liquid processLes systèmes dits à « zéro rejet liquide »[28] (ZLD, en anglais) réduisent la production de saumure, par exemple en traitant les eaux usées par recyclage, puis en les récupérant et en les réutilisant à des fins industrielles.

Les systèmes ZLD, bien que coûteux à l’heure actuelle, ouvrent la voie à des avantages économiques en récupérant des sels et autres minéraux potentiellement utiles des eaux usées.

La mer possède les plus grandes réserves de lithium au monde, ainsi que d’autres minéraux précieux tels que le calcium, le sodium, le magnésium et le potassium. On peut espérer qu’à l’avenir, des technologies seront disponibles pour isoler ces minéraux et produire de l’eau dessalée comme sous-produit à usage industriel, domestique et agricole, ce qui contribuerait à résoudre les problèmes de pénurie.

Un rapport récent de l’université des Nations Unies a appelé à investir davantage dans le développement de méthodes rentables d’extraction de ces éléments, indispensables à de nombreuses industries.[29]

L’Institut de recherche sur la technologie de dessalage de la Saline Water Conversion Corporation (SWCC) en Arabie saoudite, l’un des principaux utilisateurs de technologie de dessalage, a récemment breveté un dispositif double de concentration de saumure qui génère deux flux à forte teneur en minéraux à partir de l’eau de mer.[30] Le calcium issu de la saumure pourrait également être utilisé pour le traitement ultérieur de l’eau dessalée, réduisant ainsi la dépendance à l’égard des composés commercialisés.[31]

Un avenir radieux

Toutes ces technologies émergentes sont certes encourageantes, mais l’avenir de l’eau potable passe par une action immédiate.

Pour être vraiment durable et rentable, la technologie de l’eau nécessite des investissements plus conséquents dans les meilleures pratiques visant à accroître l’efficacité et, surtout, dans les énergies durables.

IDA logoL’International Desalination Association (IDA) de la Global Clean Water Desalination Alliance s’est fixé l’objectif suivant : 20 % des nouvelles usines de dessalage doivent être alimentées par des énergies renouvelables entre 2020 et 2025. Cette alliance rassemble les acteurs clés des secteurs de l’énergie et du dessalage, des services d’approvisionnement en eau, des gouvernements, des institutions financières, des universités et des chercheurs en R et D « et a pour but de réduire les émissions de CO2 des centrales de dessalage de l’eau existantes et d’intensifier l’utilisation de technologies de dessalage propres grâce à des actions coordonnées ».[32][33]

Les gouvernements tournés vers l’avenir se mobilisent déjà. L’Arabie saoudite a proposé son objectif Vision 2030 : produire 9,5 GW d’énergie renouvelable d’ici 2023. En Australie occidentale, toutes les nouvelles usines de dessalage doivent d’ores et déjà utiliser des énergies renouvelables. L’usine de dessalage d’eau de mer de Perth (SWRO), première installation du genre en Australie, est alimentée par l’électricité produite par un parc éolien.

Concevoir au service de l’efficacité énergétique

Il existe trois façons principales d’améliorer l’efficacité d’une usine : la colocalisation, la cogénération et la technologie hybride.

Les usines colocalisées utilisent l’eau de refroidissement d’une centrale électrique voisine comme eau d’alimentation. Cette eau ayant déjà été chauffée, le processus consomme moins d’énergie. L’eau du sous-produit est ensuite ajoutée à l’eau de refroidissement de la centrale électrique en sortie, qui la dilue avant de retourner dans l’océan. Par exemple, l’usage de dessalage d’eau de mer de Tampa Bay en Floride utilise jusqu’à 1 680 millions de litres d’eau de mer chaude provenant du système de refroidissement de la centrale électrique Big Bend de Tampa Electric (TECO).[34]

Les usines de cogénération utilisent la vapeur résiduelle d’une centrale électrique comme source d’énergie supplémentaire pour réduire leur utilisation de combustibles fossiles.

Les usines hybrides combinent différentes méthodes de traitement pour optimiser les performances de leurs installations. Par exemple, l’osmose inverse pour les eaux saumâtres et l’échange d’ions[35] pour les eaux à forte teneur en matières organiques, comme c’est le cas dans la centrale de dessalage de Cape Hatteras en Caroline du Nord.[36]

Une conception efficace est essentielle, mais la véritable perspective tient au remplacement des combustibles fossiles par des sources d’énergie renouvelable. L’hydroélectricité, la géothermie et le nucléaire sont autant de technologies matures à même de fournir les niveaux élevés d’énergie constante requis par le dessalage. Jusqu’à récemment, les énergies solaire et éolienne étaient jugées trop chères pour être viables pour alimenter des usines de dessalage, mais les temps changent – et vite.

Exploiter tout le potentiel de l’énergie solaire est tout particulièrement important dans la mesure où, vous l’aurez deviné, ce sont les pays où l’eau coule le moins qui ont le plus de soleil.

Heureusement, les avancées technologiques sont en train de matérialiser les espoirs placés dans l’énergie solaire.

Un système de dessalage passif à énergie solaire développé entre J-WAFS et la Chine pourrait produire plus de 5,6 litres d’eau potable par heure pour chaque mètre carré de surface de panneau solaire. Ce système hautement efficace utilise la chaleur dégagée par chaque étape pour alimenter l’étape suivante. « De tels systèmes pourraient desservir les zones côtières arides hors réseau et représenter une source d’eau efficace et à faible coût », selon le MIT.[37]

De nombreux projets basés sur l’énergie renouvelable sont soutenus par des organisations qui aident les communautés qui n’en ont pas les moyens. L’organisation à but non lucratif GivePower fournit des systèmes de dessalage par énergie solaire alimentés par batterie aux communautés pauvres du monde entier.[38] L’une de ces installations au Kenya fournit près de 75 000 litres d’eau potable par jour depuis deux ans, soit suffisamment pour environ 25 000 personnes.[39]

GreenPower Kenya
La première installation de dessalage à l’énergie solaire de GivePower au Kenya. Crédit photo : © GivePower

Les énergies renouvelables offrent des avantages particuliers aux pays à revenu faible et intermédiaire. Le passage au dessalage à l’énergie solaire fournit une énergie neutre en carbone tout en préservant du pétrole pour l’exportation, stimulant ainsi leur économie. Cela signifie également que le processus de dessalage peut se dérouler à proximité des villes, plutôt que des centrales électriques, réduisant ainsi le coût de la distribution et le risque de gaspillage.

De l’eau pour tous

Le dessalement de l’eau est aujourd’hui vital, et cela ne fera que s’accentuer à mesure que la pression sur l’approvisionnement en eau continuera de croître. La stabilité politique, la croissance économique et la survie de millions de personnes en dépendent.

Le défi de la pénurie d’eau demandera des efforts coordonnés pour réduire la consommation et développer un recyclage plus efficace des eaux usées, mais le dessalage de l’eau restera une composante essentielle de notre palette d’outils pour assurer l’avenir de notre planète.

La crise de l’eau est la responsabilité de chacun et il y a tout lieu de croire que nous pouvons relever ce défi ensemble.

Les responsabilités politique et personnelle dicteront la marche à suivre. L’investissement et l’innovation dans les énergies renouvelables permettront de fournir un dessalage fiable aux plus démunis, tout en réduisant notre dépendance aux combustibles fossiles et en atténuant l’impact du changement climatique. Enfin, les avancées des technologies émergentes viendront renforcer la productivité, l’efficacité et la gestion des déchets, garantissant ainsi un avenir durable pour tous.

 

[1] http://www.fao.org/about/en/

[2] https://www.who.int/news-room/detail/18-06-2019-1-in-3-people-globally-do-not-have-access-to-safe-drinking-water-unicef-who

[3] https://www.wri.org/news/2019/07/release-updated-global-water-risk-atlas-reveals-top-water-stressed-countries-and-states

[4] https://www.wri.org/blog/2019/08/17-countries-home-one-quarter-world-population-face-extremely-high-water-stress

[5] https://www.weforum.org/agenda/2019/08/cape-town-was-90-days-away-from-running-out-of-water-heres-how-it-averted-the-crisis/

[6] http://www.imprex.eu/

[7] Dependencies of Europe’s economy on other parts of the world in terms of water resources

[8] https://www.mckinsey.com/business-functions/sustainability/our-insights/water-a-human-and-business-priority

[9] https://www.mckinsey.com/business-functions/sustainability/our-insights/climate-risk-and-response-physical-hazards-and-socioeconomic-impacts

[10] https://www.worldbank.org/en/topic/water/publication/high-and-dry-climate-change-water-and-the-economy

[11] https://www.un.org/sustainabledevelopment/sustainable-development-goals/

[12] http://www.fao.org/zhc/detail-events/en/c/880881/

[13] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/04/World-Bank-Report-2019.pdf

[14] https://www.nationalgeographic.com/environment/2019/01/desalination-plants-produce-twice-as-much-waste-brine-as-thought/

[15] Dessalage économe en énergie, Sommet international de l’eau, du 15 au 18 janvier 2018

[16] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/04/World-Bank-Report-2019.pdf

[17] https://www.unenvironment.org/news-and-stories/story/towards-sustainable-desalination

[18] https://unu.edu/media-relations/releases/un-warns-of-rising-levels-of-toxic-brine.html

[19] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/10/EEC-White-Paper-10-13.pdf

[20] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/04/World-Bank-Report-2019.pdf

[21] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/04/World-Bank-Report-2019.pdf

[22] https://www.manchester.ac.uk/discover/news/graphene-sieve-turns-seawater-into-drinking-water/

[23] https://www.nature.com/articles/nmat5025

[24] https://www.theguardian.com/world/2019/apr/10/desalination-world-clean-water-crisis

[25] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6161077/

[26] https://www.herox.com/blog/162-the-challenge-of-desalination

[27] Treating A Moving Target: Harmful Algal Blooms

[28] https://www.sciencedirect.com/topics/engineering/zero-liquid-discharge

[29] https://unu.edu/media-relations/releases/un-warns-of-rising-levels-of-toxic-brine.html

[30] https://saudigazette.com.sa/article/571985

[31] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/10/EEC-White-Paper-10-13.pdf

[32] http://climateinitiativesplatform.org/index.php/Global_Clean_Water_Desalination_Alliance_(GCWDA)

[33] https://idadesal.org/

[34] https://www.waterworld.com/home/article/14071194/desalination-opportunities-and-challenges

[35] https://www.researchgate.net/publication/283276150_Desalination_by_Ion_Exchange#:~:text=Ion%20exchange%20is%20the%20most,combined%20with%20selective%20ion%20exchange.

[36] https://www.waterworld.com/home/article/14071194/desalination-opportunities-and-challenges

[37] http://news.mit.edu/2020/passive-solar-powered-water-desalination-0207

[38] https://givepower.org/projects-2/

[39] https://bigthink.com/technology-innovation/solar-power-desalination