Nous manquons d’eau potable.

L’agriculture, l’industrie, l’urbanisation et la croissance démographique font toutes augmenter la demande ; le changement climatique diminue l’approvisionnement. Pour chaque degré Celsius de réchauffement climatique, 7 % de la population mondiale pourrait voir 20 % des ressources en eau renouvelable se tarir.[1] Si nous voulons lutter contre la pénurie d’eau, nous devons consommer moins, gaspiller moins, réutiliser et créer plus.

Selon les termes austères de McKinsey & Company, « L’approvisionnement en eau douce diminue régulièrement tandis que la demande augmente régulièrement. Au 20e siècle, la population mondiale a quadruplé, mais l’utilisation de l’eau a été multipliée par six. » [2]

Difficile à avaler : la dure réalité de la pénurie d’eau

  • 1 personne sur 3 n’a pas accès à l’eau potable.[3]
  • Le Moyen-Orient consomme 203 milliards de mètres cubes d’eau potable par an[4]
  • Dix-sept pays (qui abritent un quart de la population mondiale) sont confrontés à des niveaux « extrêmement élevés » de stress hydrique de base.[5]
  • L’approvisionnement pourrait baisser jusqu’à 25 % dans de nombreux bassins hydrographiques du monde d’ici 2050.[6]
  • La pénurie d’eau pourrait coûter à certaines régions jusqu’à 6 % du PIB et entraîner des migrations de masse et des conflits.[7]

« Eau de mer » ; produire de l’eau

IDA logoLe dessalement de l’eau est le processus d’extraction des sels de l’eau saline pour obtenir de l’eau douce. Dans le monde, plus de 300 millions de personnes dépendent du dessalement, selon l’IDA (International Desalination Association).[8]

Les méthodes les plus courantes sont le dessalement thermique et l’osmose inverse. Le dessalement thermique utilise la chaleur pour vaporiser l’eau douce de l’eau de mer ou de l’eau saumâtre.

L’osmose inverse sépare l’eau douce en forçant l’eau de mer ou l’eau saumâtre à travers une membrane à haute pression.

Il existe plus de 17 000 centrales de dessalement dans le monde, qui produisent 107 millions de mètres cubes d’eau dessalée chaque jour.[9]

De nombreux pays ne pourraient tout simplement pas fonctionner sans cela. Le Moyen-Orient représente un peu moins de la moitié de la capacité totale, tandis que l’Asie, la Chine, les États-Unis et l’Amérique du Sud augmentent rapidement leur capacité de dessalement.

Donc, clairement, nous avons la technologie et un approvisionnement en eau pratiquement illimité. Quel est le problème ?

Deux des principaux obstacles sont le coût et la durabilité, ou l’absence de durabilité. La vérité simple est que le dessalement peut consommer beaucoup d’énergie. Dans les pays du Gulf Cooperation Council (GCC), environ 50 % de l’énergie primaire est consommée pour les centrales électriques de cogénération et de dessalement.[10] L’osmose inverse est plus efficace que le dessalement thermique, mais tout est relatif : une centrale d’osmose inverse moyenne consomme jusqu’à 13 kilowatts-heures par mille gallons traités.[11] Qui paie cette énergie ? Dans un sens, c’est nous tous. Les émissions de CO2 mondiales des centrales de dessalement fonctionnant au carbone pourraient atteindre 218 millions de tonnes en 2020.[12] Une solution coûteuse qui accélère le changement climatique est loin d’être idéale, en particulier pour les nombreux pays à revenus faibles et intermédiaires les plus touchés par la pénurie d’eau.

Heureusement, le monde est en train de relever le défi.

« Émettre plus de dioxyde de carbone pour résoudre un problème causé en grande partie par le changement climatique est clairement insoutenable et voué à l’échec. Malgré les défis, je crois fermement qu’il y a de nombreuses raisons d’être positifs. Les progrès récents de la technologie et de la R&D suggèrent que le dessalement durable est sur le point de faire une percée qui pourrait transformer les systèmes d’eau mondiaux ». déclare Fady Jameel, Président délégué et vice-président, Abdul Latif Jameel.

Water Desalination in numbers

Énorme potentiel pour le dessalement durable

Global Clean Water logoLa Global Clean Water Desalination Alliance s’est fixé l’objectif suivant : 20 % des nouvelles centrales de dessalement doivent être alimentées par des énergies renouvelables entre 2020 et 2025.[13] Fondée par l’International Desalination Association, cette alliance comprend des acteurs du secteur de l’énergie et du dessalement, des services d’eau, des gouvernements, des institutions financières, des universités et des chercheurs R&D « et a pour but de réduire les émissions de CO2 des centrales de dessalement de l’eau existantes et d’intensifier l’utilisation de technologies de dessalement propres grâce à des actions coordonnées. »[14]

À l’échelle mondiale, la part actuelle d’énergie renouvelable utilisée dans le dessalement est d’environ 1 %.[15] Les gouvernements pionniers tirent parti de ce potentiel inexploité. L’Arabie saoudite a proposé son objectif Vision 2030 : produire 9,5 GW d’énergie renouvelable d’ici 2023.

En Australie occidentale, toutes les nouvelles centrales de dessalement doivent utiliser des énergies renouvelables. De l’Europe à l’Inde, en passant par la Chine, beaucoup d’autres pays suivent cet exemple. Ces pays pourraient être obligés de réduire leurs émissions en vertu de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Ils sont certainement motivés par la crise humanitaire et économique de la pénurie d’eau.

Quel genre d’énergie vont-ils exploiter ?

Les options renouvelables pour le dessalement

En théorie, le dessalement peut être obtenu grâce à l’énergie éolienne, houlomotrice, géothermique ou solaire. Chacune a ses avantages et ses inconvénients, comme indiqué ci-dessous.

Éolienne

Le vent est une source d’énergie renouvelable populaire et établie qui peut produire de l’électricité pour le dessalement par osmose inverse. La plupart des projets de dessalement à grande échelle alimentés par des énergies renouvelables utilisent l’énergie éolienne.[16] Le dessalement éolien est particulièrement bien adapté aux communautés côtières et insulaires en raison de la proximité de la source d’énergie, de la source d’eau et de la population d’utilisateurs.

Selon l’International Renewable Energy Agency (IRENA), les centrales de dessalement éoliennes notables comprennent Gran Canaria (osmose inverse – éolienne, eau de mer, 5–50 m3/j), Fuerteventura (système hybride éolien-diesel, eau de mer, 56 m3/j), toutes deux situées dans les îles Canaries espagnoles et le Centre for Renewable Energy Systems Technology au Royaume-Uni (osmose inverse – éolienne, eau de mer, 12 m3/j).[17]

En Australie, la centrale de dessalement de l’eau de mer de Perth, la première du genre dans le pays, est alimentée par l’électricité produite par le parc éolien de 80 mégawatts Emu Downs. Le parc éolien fournit 270 gigawatts-heures par an au réseau, ce qui compense largement les besoins de 180 gigawatts-heures par an de l’usine de dessalement.[18] De même, la centrale de dessalement de Sydney est entièrement alimentée par un parc éolien, ce qui a également augmenté l’approvisionnement en énergie éolienne en Nouvelle-Galles du Sud de plus de 700 %.

Houlomotrice

Les mers sont une source illimitée d’énergie cinétique. Une vague moyenne de 1,2 mètre et 10 secondes frappant une côte produit plus de 35 000 chevaux par mile de côte.[19] L’énergie des vagues est difficile à exploiter,[20] mais il y a eu un pilote prometteur en Australie occidentale. En 2014, Garden Island est devenu le premier « projet houlomoteur à échelle commerciale au monde à démontrer à la fois la production d’énergie et d’eau douce à partir des vagues de l’océan », selon Water Technology.[21] Un système de dessalement houlomoteur est également prévu au Cap-Vert, au large de la côte ouest de l’Afrique. Le développeur, Resolute Marine Energy, affirme que la centrale appelée Wave20 produira de l’eau potable à un tiers du prix des systèmes conventionnels. Le système exploite l’énergie des vagues pour pressuriser l’eau et la pomper vers une centrale de traitement à terre, tandis qu’une série de pagaies se déplace d’avant en arrière par les vagues pour créer de l’électricité qui est utilisée pour filtrer l’eau de mer.[22]

Géothermique

L’énergie géothermique peut générer de l’électricité et de la chaleur, ce qui la rend adaptée à la fois au dessalement thermique et par osmose inverse. Un projet sur l’île de Milos, en Grèce, a prouvé la viabilité de l’énergie géothermique pour le dessalement, en produisant 1920 m3/j d’eau douce pour la communauté locale à des coûts très bas.[23] Cependant, le processus est considérablement limité par l’emplacement.

Solaire

L’énergie solaire est largement considérée comme ayant le plus grand potentiel en tant que source d’énergie renouvelable à long terme pour un dessalement durable. Il existe deux principaux types de dessalement par énergie solaire : Énergie solaire concentrée (CSP) et photovoltaïque (PV). L’énergie solaire concentrée génère de la chaleur directe et est généralement utilisée pour évaporer l’eau lors du dessalement thermique. L’énergie photovoltaïque utilise des panneaux solaires pour produire de l’électricité, qui alimentent les pompes pour l’osmose inverse. Selon la Banque mondiale, « Le dessalement solaire par osmose inverse basé sur l’énergie photovoltaïque est le premier choix d’énergie solaire et fait l’objet de recherches actuelles.[24]

L’énergie solaire est abondante dans les régions ensoleillées et arides qui ont le plus besoin du dessalement. Ces régions ont également tendance à avoir de grandes zones désertiques ou sauvages qui fournissent l’espace nécessaire à la construction de nouvelles centrales. Selon Applied Water Science, « Environ 75 % des sites de dessalement thermique sont installés dans les pays arabes, et la moitié d’entre eux sont actifs en Arabie saoudite. »[25] Le dessalement thermique, alimenté par l’énergie solaire concentrée, n’est généralement pas aussi efficace que l’osmose inverse, mais est meilleur pour traiter l’eau plus salée qui se trouve dans ces régions, qui peut atteindre 45 ou même 50 grammes par litre (g/L). Des concentrations élevées de sel peuvent endommager la membrane utilisée en osmose inverse.[26]

La plupart des projets de dessalement solaire sont de petite à moyenne échelle, mais s’agrandissent de plus en plus. La plus grande centrale photovoltaïque se trouve en Arabie saoudite. Al Khafji a été mise en service en 2017 et produit 60 000 mètres cubes d’eau potable par jour par osmose inverse.[27] D’autres centrales sont en construction, comme l’usine Metito à King Abdullah Economic City (KAEC), qui aura la capacité de produire 30 000 mètres cubes d’eau potable par jour, extensible à 60 000 mètres cubes par jour.[28]

Abdul Latif Jameel joue un rôle de plus en plus important pour relever le défi du dessalement via Almar Water Solutions.

Faisant partie d’Abdul Latif Jameel Energy, Almar Water Solutions est un fournisseur spécialisé dans le développement d’infrastructures hydrauliques, notamment la conception, le financement et l’exploitation. C’est une société sœur de Fotowatio Renewable Ventures, (FRV), une entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables.

En janvier 2019, Almar Water Solutions a remporté le contrat en Arabie saoudite pour développer Al Shuqaiq 3 IWP, , l’une des plus grandes centrales de dessalement par osmose inverse au monde, située près de ville d’Al Shuqaiq en bordure de la mer Rouge. Lorsque les travaux seront achevés en 2021, la centrale produira 450 000 m3 d’eau potable par jour.

Cet investissement primé de 600 millions de dollars américains fête ses 1 an depuis son inauguration, et ses plus de 3 millions d’heures de travail effectuées en toute sécurité sur le site employant quelque 2 300 travailleurs.

Almar Water Solutions a également été mandaté pour produire la première centrale de dessalement à grande échelle du Kenya à Mombasa, la deuxième plus grande ville du pays. Une fois opérationnel, le site livrera 100 000 m3 d’eau potable à plus d’un million de personnes.

Parfois, les anciennes méthodes sont les meilleures

Les distillateurs solaires sont la plus ancienne technologie de dessalement solaire. Ils utilisent l’énergie solaire pour évaporer l’eau douce, la condenser au plafond d’une enceinte et la collecter en bas. Les distillateurs solaires sont bon marché, à faible émission de carbone et à faible rendement, ce qui les rend mieux adaptés aux communautés plus petites, à faible revenu et hors réseau. Des innovations récentes ont intégré des membranes[29] et des cadres métallo-organiques pour filtrer le sel et les autres impuretés.[30] Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology et de la Chine ont mis au point un « système de dessalement solaire complètement passif », qui « pourrait fournir plus de 1,5 gallon d’eau douce potable par heure pour chaque mètre carré de zone de collecte solaire ».[31]

Certains projets dans la région ont été financés par le Abdul Latif Jameel Water and Food Systems Lab (J-WAFS) au Massachusetts Institute of Technology (MIT), cofondé en 2014 par le MIT et Community Jameel.

Des solutions durables peuvent-elles surmonter des problèmes persistants ?

Outre les facteurs critiques qui doivent être pris en compte pour réaliser n’importe quelle centrale de dessalement, tels que l’emplacement, la logistique et la technologie, les installations de dessalement alimentées par les énergies renouvelables sont confrontées à un défi encore plus grand : la dure réalité économique. Les énergies renouvelables peuvent-elles être une alternative rentable aux combustibles fossiles ?

Tout se résume à l’approvisionnement en eau, en énergie et en fonds.

Le casse-tête du prix de l’eau

Tous les projets de dessalement doivent s’approvisionner en eau de manière rentable et éliminer la saumure en toute sécurité. L’eau est chère à transporter par rapport à sa valeur, en raison de sa densité, et une eau de qualité inférieure nécessite un prétraitement, ce qui ajoute encore au coût. Le dessalement alimenté par des combustibles fossiles est généralement situé à proximité des centrales électriques en dehors de la ville ; les nouveaux projets d’énergies renouvelables peuvent être plus proches des utilisateurs finaux, ce qui réduit le coût de distribution et le risque de déversement de déchets.

La réduction des déchets produits est également essentielle. Si le dessalement augmente au rythme actuel, jusqu’à 240 000 mètres cubes de saumure et autres déchets seront créés par an d’ici 2050. Ces déchets peuvent être nocifs pour le milieu marin. La recherche indique que l’intégration de la « technologie du cycle adsorbant » (une pompe à chaleur à base de produits chimiques utilisant des solides poreux ou « adsorbants »), fonctionnant avec de la chaleur solaire ou industrielle de faible qualité, pourrait économiser 99 % d’énergie et plus de 150 % de rejet chimique dans la mer. Pour les procédés thermiques, l’approche hybride améliorera l’efficacité énergétique à 39 % et réduira le rejet de produits chimiques de plus de 80 %.[32]

Énergie illimitée et peu fiable

L’intermittence de l’approvisionnement énergétique est le plus grand obstacle au dessalement par énergie renouvelable. Il existe plusieurs stratégies en développement continu pour atténuer ou surmonter ce problème :

Se connecter au réseau

L’osmose inverse requiert des batteries pour stocker l’électricité. La technologie des batteries s’améliore continuellement mais reste chère, ce qui signifie que de nombreuses centrales doivent accéder au réseau pour compléter leur énergie. Lorsque les centrales renouvelables génèrent plus d’énergie qu’elles n’en utilisent, elles peuvent la vendre au réseau. À une échelle suffisante, cela peut même couvrir les coûts de dessalement. (Les centrales peuvent également stocker l’excès d’énergie solaire dans l’eau douce ; lorsque la demande en électricité est faible, les centrales peuvent simplement produire plus d’eau douce.)

La connexion au réseau offre une tranquillité d’esprit aux pays qui souhaitent investir dans le dessalement durable. L’Arabie saoudite et le Bahreïn, par exemple, dépendent entièrement du dessalement pour leur eau potable et ne peuvent pas se permettre de prendre des risques pour l’approvisionnement. Cependant, le dessalement par énergie renouvelable ne sera pas véritablement durable tant qu’il sera dépendant d’une source d’énergie externe. Heureusement, il existe deux approches différentes qui pourraient être en mesure de réduire la dépendance au réseau. Peut-être même entièrement.

Stockage thermique

Les experts considèrent l’énergie solaire concentrée comme la technologie solaire la plus viable en raison de son profil énergétique plat. Les centrales d’énergie solaire concentrée peuvent fournir une énergie plus homogène que les centrales photovoltaïques, qui sont plus affectées par le passage des nuages, par exemple. En clair, si les centrales d’énergie solaire concentrée peuvent stocker suffisamment de chaleur, elles peuvent continuer à fonctionner lorsqu’il n’y a pas de soleil – peut-être même la nuit. Actuellement, la plupart des systèmes de stockage thermique sont efficaces entre 8 % et 16 %. « Dans 10 ou 20 ans, les améliorations techniques devraient augmenter l’efficacité de 15 % à 25 % », selon la Banque mondiale.[33]

De nombreuses recherches sont en cours pour développer de nouvelles surfaces d’échange thermique à base de matériaux polymères pour les centrales de distillation thermique. De tels développements peuvent réduire considérablement l’impact du coût d’investissement sur le coût final de l’eau douce.[34] L’oxyde de magnésium (MgO) a été proposé comme système de stockage d’énergie efficace pour stocker l’énergie thermique solaire lors du fonctionnement hors période. La chaleur générée pendant la journée est libérée la nuit par adsorption exothermique, ce qui peut contribuer à un fonctionnement 24 heures sur 24 et à une réduction des émissions de carbone.[35]

Centrales hybrides

Différentes techniques de dessalement peuvent être combinées pour augmenter l’efficacité d’une seule source d’énergie. La cogénération d’énergie solaire concentrée redirige la chaleur perdue de la turbine à vapeur qui fournit de l’électricité au réseau et l’utilise pour la distillation à plusieurs effets (MED) à basse température, un type de dessalement thermique. Sundrop Farms, par exemple, utilise le soleil abondant de l’Australie pour l’énergie solaire concentrée et la distillation à plusieurs effets afin de produire de l’eau douce et de l’énergie de chauffage pour faire pousser des tomates, ce qui démontre la faisabilité de projets hybrides durables à grande échelle.[36]

La combinaison des méthodes de dessalement permet également d’atténuer leurs inconvénients. Par exemple, les centrales d’osmose inverse alimentées par énergie photovoltaïque sont en théorie plus efficaces que les centrales d’énergie solaire concentrée, mais seulement si elles ont une eau de meilleure qualité. Les centrales d’énergie solaire concentrée sont plus efficaces pour traiter les eaux très saumâtres. Cependant, la chaleur pour le dessalement thermique doit être située sur le site de la centrale. L’énergie solaire concentrée ne fonctionne pas aussi bien sur la côte, où le soleil est moins puissant et où l’air salin peut provoquer de la corrosion. La solution consiste à coupler une centrale d’énergie solaire concentrée intérieure avec une centrale d’osmose inverse alimentée par énergie photovoltaïque côtière ; il est facile de transporter l’électricité produite par énergie photovoltaïque, tandis que l’énergie thermique de l’énergie solaire concentrée reste sur place.[37]

Au Chili, FRV combine l’énergie éolienne, solaire et la puissance des batteries pour fournir une énergie renouvelable 24h/24 et 7j/7, quelles que soient les conditions météorologiques, la vitesse du vent ou la lumière du jour.[38] Une source renouvelable hybride comme celle-ci pourrait fournir une énergie « écologique » illimitée pour le dessalement. Les eaux souterraines saumâtres du Texas constituent un autre candidat de choix pour le dessalement avec des centrales éoliennes et solaires hybrides. Fréquemment victime de sécheresses, le Texas bénéficie d’un soleil abondant et produit le plus d’énergie éolienne aux États-Unis.[39] C’est également la région la moins coûteuse des États-Unis pour de tels projets.

Une innovation fluide

Une autre façon de surmonter le défi énergétique du dessalement est de rendre le processus lui-même plus efficace.

L’innovation continue depuis les années 1970 a réduit la consommation d’énergie de l’osmose inverse d’un facteur 10, les coûts devant diminuer de deux tiers au cours des deux prochaines décennies.[40] Il existe plusieurs façons d’y parvenir. La centrale d’eau renouvelable de Mascara à Abu Dhabi, par exemple, utilise un dispositif d’énergie isobare pour récupérer l’énergie de la saumure à haute pression.

De nombreux chercheurs se concentrent sur la façon de protéger la membrane d’osmose inverse des sels et des matières biologiquement actives, améliorant ainsi l’efficacité et réduisant les coûts.[41] Xuanhe Zhao, professeur à la Abdul Latif Jameel Water and Food Security Lab (J-WAFS) au Massachusetts Institute of Technology, a publié des recherches sur une technologie de nettoyage des membranes basée sur des vibrations avec le potentiel d’améliorer l’efficacité et la durée de vie de la membrane et de réduire les coûts de l’osmose inverse.[42] La centrale de Mascara rince automatiquement ses membranes avant le coucher du soleil pour éviter l’encrassement biologique et ajuste la production d’eau à l’alimentation électrique tout au long de la journée.[43]

Un autre projet impliquant des chercheurs de J-WAFS, un système de dessalement passif par énergie solaire en Chine, pourrait produire plus de 1,5 gallon d’eau douce potable par heure à partir d’un mètre carré de surface de panneau solaire. Le système hautement efficace utilise la chaleur dégagée par chaque étape pour alimenter l’étape suivante. « De tels systèmes pourraient desservir les zones côtières arides hors réseau et représenter une source d’eau efficace et à faible coût », selon le Massachusetts Institute of Technology.[44]

L’osmose directe est une autre voie de recherche prometteuse qui pourrait remettre en question l’osmose inverse traditionnelle alimentée par énergie photovoltaïque. Comme l’osmose inverse, l’osmose directe utilise également une membrane semi-perméable, mais utilise une solution de « tirage », plutôt qu’une pression hydraulique, qui nécessite beaucoup moins d’énergie.[45]

Cash Burn ou avenir radieux ?

L’énergie éolienne est la plus économique par rapport aux combustibles fossiles ; l’énergie solaire est généralement deux fois plus chère lorsqu’elle est utilisée à cette fin, selon un rapport de 2019 de la Banque mondiale.[46] Cependant, le coût du dessalement thermique par énergie solaire devrait baisser de 40 % ou plus d’ici 2025, et de plus de moitié pour atteindre 0,90 USD par mètre cube d’ici 2050.[47] L’énergie solaire est déjà l’option la moins chère dans certaines régions éloignées où l’accès au réseau électrique est d’un coût prohibitif. Le tarif record de 1,75 centime/kilowatt-heure (kWh) pour le projet Sakaka en Arabie saoudite démontre que les énergies renouvelables peuvent plus que concurrencer financièrement les combustibles fossiles.[48]

« Pour moi, c’est clair : l’avenir du dessalement se trouve dans les énergies renouvelables. Ce n’est qu’une question de temps dans la région du Moyen-Orient. Dans moins de cinq ans, la technologie des batteries se sera encore développée et nous pourrons alors avoir une centrale de dessalement solaire et photovoltaïque indépendante. Je n’ai aucun doute là-dessus » déclare Carlos Cosín, PDG de Almar Water Solutions, qui fait partie d’Abdul Latif Jameel Energy.

L’énergie photovoltaïque pourrait surpasser le diesel en Égypte

Une étude de cas publiée dans l’International Journal of Economics & Management Sciences illustre le potentiel du dessalement solaire. L’étude a montré comment une centrale d’osmose inverse par énergie photovoltaïque conceptuelle pourrait produire de l’eau à 1,213 USD/m3, comparé à un coût variable de 1,118 à 1,555 USD/m3 pour une centrale diesel classique (en fonction de la variation du prix du carburant).[49]

L’étude de cas était centrée sur l’Égypte, où Abdul Latif Jameel Energy a récemment annoncé l’acquisition de 58 centrales de dessalement. Avec 2 500 kWh/m2, cette excellente moyenne annuelle d’irradiation solaire place le pays en bonne position pour le dessalement solaire. Il en a désespérément besoin ; le Nil ne suffit plus à faire face à la consommation croissante d’eau du pays.[50]

De nombreux projets basés sur l’énergie renouvelable sont soutenus par des organisations qui aident les communautés qui n’en ont pas les moyens. L’organisation à but non lucratif GivePower fournit des systèmes de dessalement par énergie solaire alimentés par batterie aux communautés pauvres du monde entier.[51] Une de ces centrales de dessalement au Kenya fournit jusqu’à 19 800 gallons d’eau potable par jour depuis deux ans, assez pour environ 25 000 personnes.[52] L’aide est toujours la bienvenue, mais la charité ne résoudra pas à elle seule le défi économique du dessalement alimenté par des sources d’énergie renouvelable. Les gouvernements doivent agir.

Le dessalement durable exige une nouvelle réglementation

Les mandats et les subventions ont contribué à lancer la révolution des énergies renouvelables au début des années 2000, en développant les chaînes d’approvisionnement et en réduisant les coûts. Il en va de même pour le dessalement alimenté par les énergies renouvelables.

Selon les Nations Unies, il nous faudra plus de « mécanismes financiers innovants pour soutenir la durabilité des programmes de dessalement. » Comme le dit la Banque mondiale : « Le soutien pourrait se manifester sous la forme d’une combinaison de réformes de la politique énergétique pour éliminer les obstacles tels que la suppression des subventions aux combustibles fossiles, la création d’un environnement propice pour les accords d’achat d’électricité à long terme et les tarifs de rachat, et le soutien aux investissements initiaux et à la recherche et au développement d’énergies renouvelables. »

Les suggestions du secteur comprennent une prime par mètre cube d’eau produite, ou une garantie de l’État qu’il achèterait chaque mètre cube d’eau « propre » dont le public a besoin.[53]

Une progression claire est possible

La demande en eau est en augmentation, tout comme le sont les effets du changement climatique.

Le dessalement alimenté par l’énergie renouvelable est plus qu’une opportunité ; c’est une nécessité. Heureusement, bien que considérables, les obstacles ne sont pas insurmontables. Grâce à l’innovation, aux investissements et à la collaboration internationale, le monde peut étancher sa soif d’eau douce durable.

 

[1] http://www.fao.org/zhc/detail-events/en/c/880881/

[2] https://www.mckinsey.com/business-functions/sustainability/our-insights/water-a-human-and-business-priority

[3] https://www.who.int/news-room/detail/18-06-2019-1-in-3-people-globally-do-not-have-access-to-safe-drinking-water-unicef-who

[4] https://www.environmentalleader.com/2016/05/will-clean-energy-desalination-be-a-game-changing-water-fix/

[5] https://www.wri.org/news/2019/07/release-updated-global-water-risk-atlas-reveals-top-water-stressed-countries-and-states

[6] https://www.mckinsey.com/business-functions/sustainability/our-insights/climate-risk-and-response-physical-hazards-and-socioeconomic-impacts

[7] https://www.worldbank.org/en/topic/water/publication/high-and-dry-climate-change-water-and-the-economy

[8] https://idadesal.org/

[9] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/04/World-Bank-Report-2019.pdf

[10] https://www.intechopen.com/books/water-and-wastewater-treatment/desalination-with-renewable-energy-a-24-hours-operation-solution

[11] https://www.nationalgeographic.com/environment/2019/01/desalination-plants-produce-twice-as-much-waste-brine-as-thought/

[12] Dessalement économe en énergie, Sommet international de l’eau, 15-18 janvier 2018

[13] https://idadesal.org/

[14] http://climateinitiativesplatform.org/index.php/Global_Clean_Water_Desalination_Alliance_(GCWDA)

[15] Dessalement de l’eau grâce à l’énergie renouvelable, IRENA

[16] http://documents1.worldbank.org/curated/en/476041552622967264/pdf/135312-WP-PUBLIC-14-3-2019-12-3-35-W.pdf

[17] https://www.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2012/IRENA-ETSAP-Tech-Brief-I12-Water-Desalination.pdf

[18] http://www.awa.asn.au/AWA_MBRR/Publications/Fact_Sheets/Desalination_Fact_Sheet.aspx

[19] https://www.oceanenergycouncil.com/ocean-energy/wave-energy/#:~:text=Kinetic%20energy%2C%20the%20energy%20of,horsepower%20per%20mile%20of%20coast.

[20] https://e360.yale.edu/features/why_wave_power_has_lagged_far_behind_as_energy_source

[21] https://www.water-technology.net/projects/ceto-wave-powered-desalination-pilot-plant-garden-island/

[22] https://www.aquatechtrade.com/news/desalination/desalination-wave-powered/#

[23] https://www.researchgate.net/publication/258926982_Geothermal_Research_in_Vounalia_Area_Milos_Island_Greece_for_Seawater_Desalination_and_Power_Production

[24] http://documents1.worldbank.org/curated/en/476041552622967264/pdf/135312-WP-PUBLIC-14-3-2019-12-3-35-W.pdf

[25] https://link.springer.com/article/10.1007/s13201-020-1168-5

[26] https://www.solarpaces.org/blueprint-solar-desalination/

[27] https://www.water-technology.net/projects/al-khafji-solar-saline-water-reverse-osmosis-solar-swro-desalination-plant/

[28] https://www.metito.com/news-detail/metito-signs-a-project-worth-220-million-saudi-riyals-to-establish-desalination-plant-and-solar-electricity-generation-in-king-abdullah-economic-city/

[29] https://www.water-technology.net/news/technology-seawater-drinking-water-30-minutes/

[30] https://www.renewableenergymagazine.com/emily-folk/solar-technology-could-increase-global-access-to-20200821

[31] https://techxplore.com/news/2020-02-simple-solar-powered-desalination.html

[32] https://www.intechopen.com/books/desalination-and-water-treatment/renewable-energy-driven-desalination-hybrids-for-sustainability

[33] http://documents1.worldbank.org/curated/en/476041552622967264/pdf/135312-WP-PUBLIC-14-3-2019-12-3-35-W.pdf

[34] https://www.solarpaces.org/blueprint-solar-desalination/

[35] https://www.intechopen.com/books/water-and-wastewater-treatment/desalination-with-renewable-energy-a-24-hours-operation-solution

[36] https://www.alfalaval.com/globalassets/documents/media/here-magazine/34/here_34_how_to_grow_tomatoes_in_the_desert_mep_desalination.pdf

[37] https://www.solarpaces.org/blueprint-solar-desalination/

[38] https://frv.com/en/frv-awarded-540-gwh-in-chile/

[39] https://www.earthmagazine.org/article/can-renewable-energy-and-desalination-tackle-two-problems-once

[40] https://idadesal.org/wp-content/uploads/2019/04/World-Bank-Report-2019.pdf

[41] Traiter une cible mobile : fleurs d’algues nuisibles

[42] https://www.alj.com/en/perspective/j-wafs-action-good-vibrations-reducing-cost-water-desalination/

[43] https://www.waterworld.com/international/desalination/article/16201273/desalination-renewables-a-long-engagement-without-the-wedding

[44] http://news.mit.edu/2020/passive-solar-powered-water-desalination-0207

[45]https:// www.environmentalleader.com/2016/05/will-clean-energy-desalination-be-a-game-changing-water-fix/

[46] http://documents1.worldbank.org/curated/en/476041552622967264/pdf/135312-WP-PUBLIC-14-3-2019-12-3-35-W.pdf

[47] http://documents1.worldbank.org/curated/en/476041552622967264/pdf/135312-WP-PUBLIC-14-3-2019-12-3-35-W.pdf

[48] https://www.waterworld.com/international/desalination/article/16201273/desalination-renewables-a-long-engagement-without-the-wedding

[49] http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0011916402010913

[50] https://www.nytimes.com/interactive/2020/02/09/world/africa/nile-river-dam.html

[51] https://givepower.org/projects-2/

[52] https://bigthink.com/technology-innovation/solar-power-desalination

[53] https://www.solarpaces.org/blueprint-solar-desalination/