Voici comment Abdul Latif Jameel utilise son expertise pour relever l’un des plus grands défis de l’humanité.

Par Fady Jameel, Vice-President et Vice-Directeur, Abdul Latif Jameel.

Seuls quelques défis sont suffisamment importants pour réunir l’humanité dans une cause commune. Le changement climatique en est un, qui incite au développement de nouvelles méthodes et technologies conçues pour fournir des solutions environnementales durables à long terme pour les générations à venir. La lutte pour la tolérance et contre le terrorisme en est un autre. Et maintenant, plus que jamais, une nouvelle menace encore plus grande et plus puissante exige l’attention de notre monde.

Le stress hydrique et la rareté de l’eau constituent désormais un défi si important qu’il ne peut plus être ignoré. La consommation d’eau a augmenté annuellement d’environ 1 % au cours des 30 dernières années[1], et désormais plus de deux milliards de personnes vivent dans des pays où le stress hydrique est élevé[2]. Environ deux tiers de la population mondiale (près de quatre milliards de personnes) sont obligés de subir le stress hydrique au moins un mois par an[3]. Rien qu’au Moyen-Orient, 6 % de la population mondiale est forcée de survivre avec seulement 1 % de l’eau douce de la planète.

Dix-neuf pays, dont Bahreïn, la Jordanie, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, disposent de ressources en eau renouvelables totales inférieures à 500 m3 par personne et par an[4].

Selon les dernières recherches des Nations Unies, 30 % de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable[5]et, en 2018, les crises hydriques ayant été définies par le Forum économique mondial comme le cinquième plus grand risque mondial[6].

Ces statistiques pourraient se poursuivre à l’infini, soulignant l’ironie cruelle d’un monde où, malgré les vastes ressources en eau de nos océans et de nos calottes glaciaires, seule une infime fraction est à notre disposition et où un grand nombre d’habitants de la planète n’ont pas assez d’eau pour y vivre. Il est clair qu’une action réfléchie et rapide est nécessaire pour s’attaquer à ce problème, le plus tôt sera le mieux.

Prouesses techniques, solutions pratiques

À travers Almar Water Solutions, qui a été créé au début de 2017, comme élément clé de la stratégie d’expansion et de diversification mise en œuvre par Abdul Latif Jameel Energy, nous travaillons déjà sans relâche pour relever les défis de la pénurie et de la contamination de l’eau.

Almar Water Solutions est un fournisseur spécialisé dans le développement d’infrastructures hydrauliques, notamment la conception, le financement et l’exploitation. Il s’est avéré être le complément idéal à Fotowatio Renewable Ventures (FRV), la branche des énergies renouvelables d’Abdul Latif Jameel Energy.

Notre impact commence déjà à porter ses fruits dans trois pays différents du MENAT : Égypte, Bahreïn et Arabie saoudite, ainsi qu’au Kenya. À terme, notre objectif est d’étendre au monde entier notre expertise dans le domaine de l’eau, en apportant nos connaissances et nos meilleures pratiques dans de nouveaux domaines et en proposant des solutions en matière d’eau qui garantissent une santé stable à la prochaine génération. Ainsi, tout en reconnaissant l’ampleur de la tâche qui nous attend, nous sommes déterminés à avoir un rôle à jouer dans ce dossier, et un rôle important à cet égard.

Quatre projets démontrent à la fois notre intention et notre capacité.

En Égypte, les infrastructures hydrauliques ont considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Cependant, environ 7,3 millions de personnes n’ont toujours pas accès à de l’eau potable[7]. Là où des investissements ont été réalisés, ils se sont largement concentrés sur la création d’un approvisionnement fiable pour les populations urbaines développées. Les personnes vivant dans les zones rurales ou les bidonvilles urbains n’en ont pas bénéficié dans la même mesure et risquent d’être laissées pour compte, 8,4 millions de personnes étant également privées de l’accès à un assainissement amélioré[8]. Les personnes vivant dans les zones rurales et les taudis urbains d’Égypte sont beaucoup plus susceptibles de contracter des maladies et de souffrir des problèmes de santé et de nutrition qui en résultent, et nous tenons à mettre un terme à cette situation.

Pour commencer à s’attaquer à ce problème, nous avons convenu d’un partenariat conjoint avec HA Utilities (HAU), appartenant à Hassan Allam Holding (HAH). Grâce à ce nouveau partenariat, Almar Water Solutions sera impliqué de manière centralisée dans la gestion de l’eau et des eaux usées en Égypte, ainsi que dans le développement de projets de construction-exploitation-transfert (BOT, build-operate-transfer) et construction- exploitation-exploitation (BOO, build-own-operate). Mon collègue Carlos Cosin, PDG d’Almar Water Solutions, estime que la co-entreprise nous donne une « Opportunité exceptionnelle » de contribuer à l’avenir de l’Égypte. Il a raison.

Pourtant, avec 40 % de la population arabe vivant dans une « pénurie d’eau absolue »[9], les défis auxquels la région est confrontée sont profondément ancrés dans les us et coutumes autochtones. De plus, ces problèmes sont aggravés par les niveaux élevés d’utilisation à titre privé. En Arabie saoudite, la consommation quotidienne d’eau par habitant était presque le double de celle des citoyens de l’UE en 2017[10]. Il n’est donc guère surprenant que la région ait développé le secteur de dessalage le plus avancé au monde, représentant 50 % de la capacité mondiale.

En janvier 2019, Almar Water Solutions a remporté le contrat en Arabie saoudite pour le développement de Shuqaiq 3 IWP, l’une des plus grandes usines de dessalage par osmose inversée au monde. Situé près de la ville d’Al Shuqaiq, dans la mer Rouge, un investissement de 600 millions USD permettra de financer le développement d’une usine de la taille de 34 terrains de football. Lorsque les travaux seront achevés en 2021, l’usine produira 450 000 m3 d’eau propre tous les jours selon un programme de construction-exploitation-exploitation de 25 ans avec WEC. Plus de 1,8 million de personnes recevra de l’eau douce du site et 700 emplois seront créés.

La nouvelle de notre participation a été annoncée moins de huit semaines après l’attribution du contrat de production de la première grande usine de dessalage du Kenya. Une fois opérationnel, le site produira 100 000 m3 d’eau potable à plus d’un million de personnes à Mombasa, où une grave crise hydrique a provoqué des interruptions d’approvisionnement pendant plusieurs années.

J’ai eu la chance d’accepter personnellement ce projet avec SE Hassan Ali Joho, Gouverneur du comté de Mombasa, et de constater de visu la situation actuelle et les avantages que ce projet apportera à la population de Mombasa.

Plus récemment, Almar Water Solutions a acquis l’investissement dans l’eau de Mubadala Infrastructure Partners dans la société Muharraq STP Company BSC (MSC). MSC a signé un contrat de 29 ans pour la construction, la propriété et l’exploitation d’une station d’épuration des eaux usées de 100 000 m3/jour, et un réseau d’égouts à Muharraq, Bahreïn. En signant cet accord, Almar Water Solutions a franchi une nouvelle étape importante dans son ambition stratégique de détenir et d’exploiter une gamme de ressources en eau dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord et Turquie

Faciliter une approche à deux volets

Pourtant, malgré nos investissements en cours, nous sommes tout à fait conscients que les infrastructures ne peuvent à elles seules ni résoudre ni éradiquer les problèmes de sécurité de l’eau auxquels l’humanité est confrontée. De nouvelles façons de penser, de nouvelles découvertes scientifiques et de nouveaux projets pour protéger les ressources vitales de la planète sont nécessaires pour alimenter une approche véritablement holistique – et évolutive.

C’est dans cet esprit que l’Abdul Latif Jameel Water and Food Systems Lab (J-WAFS) opère à partir du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston, à la recherche de percées innovatrices qui pourraient transformer non seulement Almar Water Solutions, mais également le secteur dans son ensemble.

Fondé en 2014 dans le but de rassembler toutes les forces du Massachusetts Institute of Technology et des chercheurs de renommée mondiale pour relever le défi de répondre aux besoins mondiaux en eau et en nourriture, le laboratoire J-WAFS est fier d’avoir contribué à relever ces défis critiques.

Plusieurs projets de recherche en cours sont financés par des subventions J-WAFS, des bourses de démarrage, des subventions de démarrage et le programme J-WAFS Solutions. Il s’agit notamment du développement, de la fabrication et de la commercialisation des tests d’eau E. coli, abordables et d’usage facile qui pourraient améliorer l’accès à l’eau potable pour des millions de personnes, et un projet de deux ans visant à développer des filtres à eau en xylèmes d’aubier abordables. Ces projets, dirigés respectivement par le professeur Jeffrey S. Ravel et le professeur associé Rohit Karnik, sont deux des projets de recherche visant à améliorer l’accès à l’eau potable.

Deux autres suivent une voie similaire : jusqu’en août 2020, le professeur Zachary Smith dirigera une équipe bénéficiant du financement de la subvention de démarrage annuelle J-WAFS, qui vise à réaliser une percée technique majeure dans le domaine de la purification de l’eau. Le projet vise à trouver un moyen d’utiliser des cadres organométalliques (MO) stables à l’eau pour éliminer les contaminants de l’eau tels que le bore. Si cet objectif est atteint, il représentera une avancée significative par rapport aux méthodes de purification actuelles, telles que le dessalage, qui ne permettent pas d’éliminer des molécules aussi petites que le bore.

La professeure Julia Ortony dirige un autre projet bénéficiant d’une subvention de démarrage. Son objectif est de développer un nouveau matériau de filtration durable qui puisse aider à éliminer l’arsenic d’origine naturelle qui contamine une grande partie des eaux souterraines en Asie du Sud. Entre-temps, les professeurs associés Mircea Dincă et Evelyn Wang ont peut-être réalisé la recherche la plus fascinante de toutes : ils étudient littéralement des moyens de récolter de l’eau dans l’air. En cas de succès, leurs recherches pourraient révolutionner les perspectives des régions touchées par le stress hydrique et des régions éloignées du monde entier.

Un exemple de la façon dont les différents volets de l’opération Abdul Latif Jameel peuvent se conjuguer a été fourni à Mombasa, le contrat de l’usine de dessalage de la ville d’Almar Water Solutions, dans le cadre duquel J-WAFS a soutenu une étude visant à élaborer une structure de planification pour gérer l’infrastructure hydrique à long terme.

Le travail entrepris à Mombasa est un microcosme de la voie à suivre. Les gouvernements, le secteur privé, les entreprises du secteur de l’énergie, les universitaires et les dirigeants communautaires devront tous collaborer pour réaliser les progrès nécessaires à la garantie à l’accès durable et à grande échelle à l’eau potable nécessaire à l’humanité.

Ce n’est pas au-delà de nos capacités, mais seule une approche coordonnée et engagée aura des chances de réussir.

En accordant la priorité au défi de l’eau et en encourageant les investissements, l’innovation et les partenariats au sein de la société, nous pouvons faire émerger un secteur innovant qui deviendra de plus en plus essentiel au développement mondial au cours des prochaines années. Ensemble, nous pouvons construire un avenir plus propre et plus sain pour tous.

[1] The United Nations World Water Development Report 2019, Executive Summary, United Nations

[2] The United Nations World Water Development Report 2019, Facts and Figures, United Nations

[3] The United Nations World Water Development Report 2019, Facts and Figures, United Nations

[4] Water Scarcity and Future Challenges for Food Production, Water, 10 March 2015

[5] The United Nations World Water Development Report 2019, Executive Summary, United Nations

[6] The Global Risks Report 2018, World Economic Forum

[7] UNICEF / World Health Organization

[8] UNICEF / World Health Organization

[9] Arab Regional Report 2018, World Water Forum, March 2018

[10] Saudi Arabia is running out of water, The Independent, 19 February 2016