Pour la première fois, l’Arabie saoudite s’est réjouie de figurer parmi les 40 pays les mieux classés dans l’indice d’attractivité des pays pour les énergies renouvelables d’EY (RECAI). Les classements prennent en compte divers facteurs, notamment la stabilité économique et politique, le climat des investissements, l’accès au marché de l’énergie, les ressources naturelles, les infrastructures et la disponibilité des ressources financières.


Ils reflètent également une reconnaissance mondiale de la menace du changement climatique et de la nécessité de progresser vers un paysage énergétique plus propre. Ce besoin a été réaffirmé par un rapport de décembre 2018 de la Banque mondiale, Regulatory Indicators for Sustainable Energy (RISE) : « Policy Matters 2018 », qui a confirmé un changement profond des perspectives mondiales en matière d’énergies renouvelables.

« Depuis 2010, le nombre de pays ayant adopté des cadres stratégiques avancés en faveur de l’énergie durable a plus que triplé (de 17 à 59). Malgré les variations de performance par région et par groupe de revenus, les performances sont bonnes dans toutes les régions et dans tous les groupes de revenus.»

En se positionnant sur la liste bien notée et reconnue de RISE, l’Arabie saoudite se voit reconnaître publiquement les progrès qu’elle réalise conformément aux objectifs en matière d’énergies renouvelables énoncés dans Vision 2030, sa stratégie de développement national. Elle contribue également de manière significative à l’objectif de développement durable n °7 des Nations unies, à savoir garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable. Dix-sept objectifs de développement durable constituent le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui a été intégralement adopté par tous les États membres de l’ONU en 2015.

Une nouvelle vision pour un paysage énergétique plus propre

Avec ses engagements à long terme en faveur des énergies renouvelables, l’Arabie saoudite est clairement et publiquement sur la voie d’un avenir plus propre. Ses objectifs incluent 3 GW d’électricité d’origine éolienne et solaire d’ici 2020, passant à 9,5 GW d’électricité d’origine renouvelable d’ici 2023 et à 60 GW d’ici 2030 . On estime que le gouvernement saoudien investira jusqu’à 50 milliards USD dans 60 projets afin de réaliser ses ambitions à l’horizon 2023 . En outre, dans Vision 2030, l’Arabie saoudite promet de revoir le cadre juridique et réglementaire permettant au secteur privé d’acheter et d’investir dans le secteur des énergies renouvelables . L’ouverture de ses marchés des énergies renouvelables aux investissements directs étrangers est considérée comme une étape clé dans les efforts en cours du pays pour parvenir à la diversification économique.



Cependant, avant de tracer la voie de l’avenir, il est essentiel de comprendre le paysage énergétique et l’utilisation actuels de l’Arabie saoudite. Selon l’analyse officielle, l’industrie, les bâtiments et les transports représentent 92 % de la consommation énergétique actuelle du pays. . Les bâtiments à eux seuls utilisent environ les trois quarts de la production d’électricité de l’Arabie saoudite, dont 65 % (48,75 % de la production totale d’électricité) sont nécessaires simplement pour satisfaire la demande en climatisation.

Avec une population croissante, jeune et férue de technologie, s’urbanisant de plus en plus, la demande en électricité en Arabie saoudite devrait continuer à augmenter. Le défi consiste donc à trouver des moyens plus propres, plus sains et plus durables de fournir l’énergie nécessaire au fur et à mesure que le développement économique du pays s’accélère.

« Nous faisons partie de ce monde et nous vivons les problèmes et les défis auxquels il est confronté. Nous partageons tous cette responsabilité et nous contribuerons, si Dieu le veut, au développement de solutions à de nombreux problèmes urgents du monde, notamment ceux de l’environnement et du développement durable. Nous continuerons à cet égard à collaborer avec les organisations, institutions et partenaires internationaux. »
– Le gardien des deux saintes mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz

Dans le cadre de cet engagement émanant des plus hautes autorités saoudiennes, le pays a créé en 2016 le Bureau de développement de projets d’énergie renouvelable (REPDO) au sein du ministère de l’énergie, de l’industrie et des ressources minérales (MEIM). L’Arabie saoudite compte un autre pilier essentiel de sa stratégie en matière d’énergie renouvelable : son programme national d’énergie renouvelable (NREP). Cette initiative visait à encourager les entreprises locales et internationales à participer aux projets d’énergie renouvelable du pays. Tous les projets NREP jouissent d’une autonomie financière totale. En outre, toute l’énergie produite repose sur un modèle de « producteur d’énergie indépendant », dans le cadre de contrats d’achat de 25 ans pour les projets solaires et de 20 ans pour les projets éoliens.

Le REPDO est spécialement chargé de maximiser le potentiel des énergies renouvelables en Arabie saoudite et d’atteindre les objectifs déclarés du NREP. Ceux-ci incluent une augmentation significative de la part des énergies renouvelables dans le paysage énergétique du pays:

  • Encourager les partenariats public-privé grâce aux meilleures pratiques en matière d’appels d’offres et de pré-développement
  • Orienter la politique visant à créer un pôle technologique compétitif au niveau mondial et local
  • Contribuer à la transition énergétique et aux engagements environnementaux du Royaume

Arabie Saoudite : un pays d’accueil pour les investissements directs étrangers dans les énergies renouvelables

En février 2018, l’Arabie saoudite a attribué son premier projet solaire dans le cadre du NREP. La centrale photovoltaïque (PV) solaire de Sakaka de 300 MW située dans la région d’Al Jawf, dans le nord de l’Arabie saoudite, a démarré en novembre 2018. Elle devrait créer plus de 400 emplois.

Son Excellence Khalid Al Falih, ministre de l’Énergie, de l’Industrie et des Ressources minérales, a déclaré : « Lorsque le programme national d’énergie renouvelable a été lancé l’année dernière, nous nous sommes fixé pour objectif de le placer parmi les programmes d’investissement gouvernementaux dans les énergies renouvelables les plus attractifs et les mieux exécutés au monde. Après un processus d’appel d’offres concurrentiel et transparent, qui nous a permis de remporter deux offres record, nous pouvons affirmer en toute confiance que nous sommes sur la bonne voie pour en faire une réalité et nous sommes impatients de passer à la prochaine étape de notre programme national d’énergie renouvelable. »

Cinq mois plus tard, REPDO accueillait la cérémonie d’ouverture de la candidature de Dumat Al Jandal, un projet éolien de 500 millions USD, d’une puissance de 400 MW, et du premier parc éolien à grande échelle d’Arabie saoudite. À l’instar de la centrale solaire de Sakaka, le parc éolien de Dumat Al Jandal sera situé à Al Jawf. On s’attend à ce qu’il fournisse de l’électricité propre à 70 000 foyers et que REPDO reçoive des offres « entre 21,30 USD/MWh et 33,86 USD/MWh » pour le projet . « Le développement d’une industrie éolienne en Arabie saoudite est un élément important de notre stratégie de diversification industrielle plus large. », a déclaré Son Excellence Khalid Al Falih.

Pourtant, ces projets, bien qu’encourageants en eux-mêmes, restent extrêmement modestes par rapport au projet le plus ambitieux de l’Arabie saoudite : une centrale solaire de 200 GW qui, selon certains, coûtera 200 milliards USD, triplera presque la capacité de production d’électricité de l’Arabie saoudite, et sera 100 fois plus grande que tout autre projet photovoltaïque prévu dans le monde, dépassant de loin les centrales de 2 GW en Australie et en Grèce. Si elle était réalisée, cette usine saoudienne à elle seule produirait 33 % plus d’énergie que l’ensemble de l’industrie photovoltaïque mondiale en 2017.

La première phase du projet, un développement de 7,2 GW, sera en partie financée par le fonds Vision de Softbank, qui fournira 1 milliard USD sur le total requis de 5 milliards USD . Lors d’une réunion à New York après avoir signé un mémorandum d’entente avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz, le fondateur de SoftBank, Masayoshi Son, a suggéré que le projet pourrait créer jusqu’à 100 000 emplois.

Ouvrir un avenir prometteur au Moyen-Orient

L’Arabie saoudite est loin d’être le seul pays à faire des progrès considérables avec des politiques d’énergie propre dédiées et concertées. En avril 2016, les États du CCG se sont engagés à injecter 100 milliards USD dans des projets d’énergie renouvelable au cours des 20 prochaines années . Pendant ce temps, un rapport de Siemens Middle East prédit que la part des énergies renouvelables dans la région va plus que tripler d’ici 2035.

« Le passage aux énergies renouvelables permettra non seulement de réduire les coûts de production d’électricité et les émissions de carbone, mais aussi de libérer davantage de pétrole pour les exportations », déclare M.R. Raghu, directeur général de Marmore MENA Intelligence.

En Oman, le gouvernement s’est engagé à obtenir 10 % de son électricité à partir de sources renouvelables d’ici 2025. L’ambition a été énoncée dans le Programme national pour l’amélioration de la diversification (Tanfeedh), avec le lancement de son premier projet d’énergie solaire à grande échelle indépendante (IPP) en 2020.

En septembre 2018, la société d’approvisionnement en eau et en électricité d’Oman (OPWP) a publié son dernier rapport sur sept ans. Elle a expliqué en détail comment OPWP prévoyait d’acquérir 2 650 MW de projets d’énergie renouvelable pour être opérationnels au cours de cette période de sept ans (2018-2024). . Six nouveaux projets, trois projets solaires et trois projets éoliens, seront développés pour atteindre cet objectif. Ibri, Manah et Adam seront les sites des projets photovoltaïques solaires, tandis que Dhofar (deux) et Duqm seront les sites des projets éoliens.



La construction de l’une des centrales éoliennes de Dhofar a déjà commencé et Masdar a annoncé en décembre 2018 avoir installé la première des 13 turbines de la centrale de 50 MW. Le parc éolien devrait fournir de l’énergie propre à 16 000 foyers omanais et pourrait être opérationnel au troisième trimestre de 2019.

Pendant ce temps, Petroleum Development Oman (PDO) a annoncé deux installations photovoltaïques solaires ; une centrale de 100 MW à Amin conçue, financée, construite et exploitée par le consortium Marubeni et une centrale solaire de 1 000 MW à Amal . Sur le site d’Amin, PDO achètera de l’électricité pour ses activités intérieures à l’un des tarifs les plus bas au monde. Un fait salué par PDO comme preuve de la capacité d’Oman à générer d’importants investissements dans le solaire photovoltaïque au cours des prochaines années. Plus de 335 000 panneaux photovoltaïques seront installés sur le site de 4 km², fournissant de l’énergie propre à environ 15 000 foyers.

Record d’avancée aux Émirats arabes unis

La planification à long terme est également une stratégie clé des Émirats arabes unis. En janvier 2017, le pays a dévoilé une stratégie énergétique sur 30 ans visant à porter à 50 % la part de l’énergie propre dans le paysage énergétique total, permettant ainsi d’économiser 700 milliards AED d’ici 2050.

Parlant du lancement du Plan énergétique des EAU pour 2050, qui vise également à réduire de 40 % la consommation énergétique résidentielle, son Altesse Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a déclaré : « Celui qui ne pense pas à l’énergie ne pense pas à l’avenir . »


À Dubaï, les ambitions en matière d’énergie propre vont encore plus loin. La ville a l’intention de devenir « La ville la plus verte du monde » et vise à ce que 75 % de sa production d’électricité provienne de sources d’énergie propres d’ici 2030.

En effet, à travers le Stratégie de Dubaï pour les énergies propres 2050 et la création du Dubai Green Fund, un fonds de 27,2 milliards USD, qui fournit des prêts à faible taux d’intérêt aux investisseurs du secteur des énergies propres, Dubaï s’est rapidement imposée comme l’un des principaux sites de développement des énergies renouvelables. Des petits détails, tels que les projets d’installation de panneaux solaires sur tous les toits de la ville d’ici 2030, jusqu’aux grandes ambitions du parc solaire Mohammed bin Rashid Al Maktoum, qui s’étendra sur 214 km² et abritera la tour solaire la plus haute du monde (260 mètres) lorsqu’elle sera achevée en 2030, Dubaï semble mettre en œuvre une réforme engagée et saine de son paysage énergétique.

Le parc solaire Mohammed bin Rashid Maktoum est un développement particulièrement remarquable. Actuellement en phase III de construction, l’impact final de cet effort record permettra de fournir de l’électricité à 160 000 foyers et de compenser 1,4 million de tonnes d’émissions de CO2 d’ici 2020. Ces chiffres sont toutefois réduits à néant par sa production finale. La capacité finale de l’usine de 5 000 MW compensera 6,5 millions de tonnes d’émissions de CO2 et générera suffisamment d’énergie pour alimenter 800 000 foyers . En octobre 2018, la phase III de la construction a été reconnue lors des Asian Power Awards à Jakarta, où elle a été nommée projet solaire de l’année 2018.


En juin 2016, sa troisième phase avait atteint une offre record de 2,99 cents américains le kilowattheure, soit près de la moitié de l’offre retenue pour la deuxième phase de 200 MW de la centrale, qui, à 5,84 cents américains, constituait elle aussi un record mondial. . Pendant ce temps, la quatrième phase du développement a atteint le coût de l’électricité nivelé le plus bas au monde, à 7,3 cents le kilowattheure.


Pourtant, ces initiatives ne se limitent pas à Dubaï. À Abou Dabi, le développement de Masdar City combine de nouvelles méthodes de gestion de l’approvisionnement en eau, de l’efficacité énergétique et de la réduction des déchets pour créer l’une des communautés urbaines les plus durables au monde et un « schéma écologique pour le développement durable des villes ».

Plus de 450 entreprises opèrent déjà à partir de Masdar City et 50 000 personnes y résideront à la fin des travaux. Ses bâtiments sont conçus pour réduire la consommation d’énergie et d’eau d’au moins 40 % . Comme indication précoce de ses progrès et de son impact potentiel, Masdar City a déjà attiré le siège de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) dans un complexe de 32 000 mètres carrés constituant la première structure 4 Perles des Émirats arabes unis dans le cadre du système de notation du bâtiment Estidama Pearl. Il consomme 64 % moins d’énergie que les immeubles de bureaux typiques à Abou Dabi.

Poursuite des progrès dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord et Turquie

Il reste d’autres indications importantes sur les progrès des énergies renouvelables dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord et Turquie au sens large. Le Maroc (12e), la Turquie (18e) et la Jordanie (29e) sont tous bien placés dans l’indice RECAI.

En outre, l’Égypte a été nommée 15e dans l’indice RECAI d’EY, soit ue montée de cinq places (20e dans la liste précédente). EY l’a particulièrement félicitée pour la façon dont son ministère de l’électricité et des énergies renouvelables « progresse considérablement dans la mise en œuvre de l’énergie éolienne, avec des projets d’installations éoliennes allant jusqu’à 1,8 GW et une capacité totale devant augmenter de 3,3 GW d’ici 2027 ».

À l’instar des Émirats arabes unis, l’Égypte envisage d’importants changements dans son paysage énergétique : d’ici 2022, le gouvernement égyptien vise à ce que 20 % de l’électricité du pays soit produite à partir de sources d’énergies renouvelables, ce chiffre passant à 42 % d’ici 2032 . Le pays a déjà installé 3,7 GW de capacité d’énergies renouvelables, répartis en trois quarts de l’énergie hydraulique et un quart de l’énergie solaire et éolienne.

Adnan Z. Amin, Directeur général de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, estime que le pays pourrait progresser encore plus. Il a déclaré : « En adoptant dès maintenant les bonnes politiques, l’Égypte pourrait, de manière réaliste, tirer 53 % de son électricité de sources d’énergies renouvelables d’ici 2030. » En suivant cette voie, l’Égypte pourrait économiser jusqu’à 900 millions USD en coûts énergétiques totaux par an d’ici 2030.

Dans le même temps, à Bahreïn, sept initiatives clés ont été identifiées pour l’aider à atteindre son objectif de 5 % d’énergies renouvelables d’ici 2025 et de 10 % d’ici 2035, a révélé le ministre des Affaires de l’électricité et de l’eau, Dr. Abdulhussain Mirza, dans un discours liminaire au forum SUN (Solar Utilities Network) en février 2018.


Grâce aux efforts conjoints de Fotowatio Renewable Ventures (FRV) et Almar Water Solutions, Abdul Latif Jameel Energy est l’un des principaux développeurs d’installations et de technologies d’énergie propre au Moyen-Orient. Leur expérience s’étend jusqu’en Amérique latine et en Australie, et nous restons déterminés à bâtir un avenir plus radieux, plus propre, plus sain et plus prospère pour tous les citoyens du Moyen-Orient et au-delà.


Daniel Sagi-Vela, PDG de FRV, a déclaré : « Depuis plus de six décennies, Abdul Latif Jameel tient un engagement infatigable envers l’excellence dans toutes ses activités. Cette même philosophie alimente tout ce que nous faisons chez Abdul Latif Jameel Energy, un fait reflété dans notre portée mondiale qui s’étend maintenant plus loin que jamais, et notre pipeline de projets s’élargissant à des niveaux sans précédent. Alors que les pays du CCG et au-delà travaillent ensemble pour exploiter les superbes ressources naturelles de notre région, nous serons fiers d’être présents à chaque étape. »