Comment la famille Jameel soutient la vision partagée de l’ONU pour assurer des vies saines et promouvoir le bien-être

UN SDG 3L’ambition d’assurer des vies saines et de promouvoir le bien-être pour tous, via l’objectif de développement durable des Nations Unies 3 (ODD), n’a jamais semblé plus pertinente que pendant la pandémie de Covid-19 en cours en 2020 et 2021, alors que le monde est confronté à la pire crise internationale en matière de soins de santé, et ce depuis plus de 100 ans.

Cette ambition est d’autant plus une priorité pour la Famille Jameel, dans le cadre de sa mission visant à améliorer l’accès aux soins de santé pour les patients à travers le monde, en particulier dans le monde de la majorité des marchés émergents en dehors de l’Europe, de l’Extrême-Orient et de l’Amérique du Nord.

Assurer des vies saines et promouvoir le bien-être est essentiel pour créer des sociétés prospères.

Comme le déclare l’OMS, une meilleure santé « apporte une contribution importante au progrès économique, car des populations en bonne santé vivent plus longtemps, sont plus productives et économisent davantage. »[1]

Malgré les effets de la pandémie, dont la portée ne peut pas être pleinement comprise pour les décennies à venir, les deux ou trois dernières décennies ont connu des progrès prometteurs dans l’amélioration des soins de santé et le renforcement du bien-être.

UN SDG 3

Notre société a fait des progrès significatifs contre plusieurs causes majeures de décès et de maladies.

L’espérance de vie a considérablement augmenté, les taux de mortalité infantile et maternelle ont diminué, nous avons inversé la courbe du VIH et les décès dus au paludisme ont diminué de moitié.[2]

Toutefois, derrière ces gros titres positifs, les progrès globaux ont été inégaux, à la fois entre les pays et à l’intérieur des pays. Il existe un écart de 31 ans entre les pays ayant les espérances de vie les plus courtes et les plus longues.

Et alors que certains pays ont réalisé des gains impressionnants, les moyennes nationales cachent souvent des disparités nationales substantielles dans l’accès aux soins de santé. Aux quatre coins de notre planète, des communautés entières se voient toujours refuser l’accès à des soins de santé de bonne qualité simplement en raison de leur lieu de naissance, de l’accès aux infrastructures ou du manque de richesse.

Un instantané des données[3] clés fournit un résumé inquiétant des défis auxquels nous sommes confrontés :

  • 400 millions de personnes ne reçoivent pas les soins de santé de base
  • 1,6 milliard de personnes vivent dans des environnements fragiles qui représentent un défi significatif pour la santé mondiale
  • Toutes les 2 secondes, une personne âgée de 30 à 70 ans meurt prématurément de maladies non transmissibles
  • Plus de 19 millions d’enfants ne reçoivent pas de vaccins essentiels pendant leur première année de vie

En Afrique subsaharienne, plus de 287 millions de personnes vivent à plus de deux heures de transport de l’hôpital le plus proche. Les deux tiers des pays subsahariens n’atteignent pas l’objectif mondial de 80 % des personnes vivant à moins de deux heures d’un hôpital, alors qu’au Soudan du Sud, seulement 23 % des personnes répondent à ces critères.[4] Ces chiffres sont d’autant plus inquiétants, étant donné qu’environ la moitié de tous les décès (et un tiers des handicaps) dans les pays à revenu faible ou intermédiaire pourrait être évitée si les gens avaient facilement accès aux soins de santé d’urgence.[5]

Ce ne sera pas une tâche facile que de trouver des solutions à long terme aux principaux défis des soins de santé, tels que la propagation des maladies infectieuses, la nécessité de nouveaux médicaments, une détection plus rapide des maladies, un traitement plus efficace des blessures et des maladies, et de réduire l’écart d’accès aux soins de santé entre les sociétés développées et en développement. Cela nécessitera un tout nouveau niveau de coopération et de partenariat à l’échelle mondiale. Mais c’est précisément pour promouvoir ce type de collaboration que l’ONU a été créée, initiative que la famille Jameel soutient fortement.

Soutenir une nouvelle recherche

L’accès équitable à des soins de santé de haute qualité, modernes et efficaces est un thème central de l’« infrastructure de la vie » dans laquelle Abdul Latif Jameel et la famille Jameel sont depuis longtemps des investisseurs engagés. L’ampleur du défi des soins de santé n’est liée qu’à l’ampleur de notre détermination à y répondre, alors que nous cherchons à exploiter la puissance des nouvelles technologies pour transformer les soins de santé et améliorer les résultats de santé à l’échelle mondiale, en mettant particulièrement l’accent sur les populations les plus vulnérables.

En effet, le regretté fondateur des entreprises diversifiées d’aujourd’hui et de la philanthropie familiale mondiale fut le pionnier d’un certain nombre d’initiatives axées sur la santé en Arabie saoudite et dans la région, y compris l’hôpital Abdul Latif Jameel pour la réadaptation médicale.


The Abdul Latif Jameel Hospital for Medical Rehabilitation, Jeddah, Saudi Arabia

Établi en 1997, l’établissement a été le premier hôpital de réadaptation à but non lucratif d’Arabie saoudite, offrant des soins complets aux adultes et aux enfants.

En 2018, cet engagement précoce auprès du secteur de la santé a franchi un cap avec la co-fondation de Community Jameel de la Clinique Abdul Latif Jameel pour l’apprentissage automatique dans le domaine de la santé (la Jameel Clinic). La clinique est basée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et s’appuie sur l’histoire pionnière du MIT en matière d’intelligence artificielle et de sciences de la vie.

Jameel Clinic
Hassan Jameel (L), L. Rafael Reif, président du MIT (C) et Fady Jameel (R) lors de la cérémonie d’inauguration de la Jameel Clinic au MIT, 2018.

La Jameel Clinic est au cœur des données, de l’IA et de la santé, en mettant l’accent sur les technologies qui changent le paysage des soins de santé, des diagnostics précoces à la découverte de médicaments, en passant par la personnalisation et la gestion des soins.

Elle développe de nouveaux algorithmes pour modéliser les données biologiques et cliniques et fait des découvertes en apprentissage automatique, biologie, chimie et sciences cliniques.

La clinique a déjà contribué à un certain nombre d’avancées passionnantes. Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, par exemple, les chercheurs ont utilisé l’IA et les mégadonnées pour prédire l’évolution des taux d’infection, en fonction des schémas de mouvement et des comportements des personnes[6]. Elle a également mené une étude pour « prédire » si une personne était trop fatiguée, épuisée ou stressée, augmentant ainsi sa probabilité de tomber malade, sur la base des données collectées à partir de capteurs portables et de montres intelligentes[7]. L’équipe prévoit de déployer ses recherches pour examiner les infections virales, telles que le SRAS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19[8].

Halicin
La désormais célèbre image du MIT montrant que l’halicin (en haut) prévient la résistance aux antibiotiques pour la bactérie E. coli, alors que la ciprofloxacine (en bas) ne le fait pas.
Crédit photo © avec l’aimable autorisation du Collins Lab au MIT

Une autre réussite notable pour la clinique est survenue en février 2020, avec l’identification par l’IA d’un nouveau composé antibiotique puissant : l’halicin.

La molécule identifiée a été détectée parmi plus de cent millions de composés chimiques en quelques jours seulement grâce à l’IA ; une tâche qui aurait été auparavant irréalisable.

En utilisant un modèle d’apprentissage automatique différent, les chercheurs ont également démontré que cette molécule aurait probablement une faible toxicité pour les cellules humaines.

Le travail remarquable de la Jameel Clinic est complété par un autre laboratoire co-fondé par Community Jameel, l’Institut Abdul Latif Jameel pour l’analyse des maladies et des urgences (le Jameel Institute), basé à l’Imperial College London.

Établi en 2019, le Jameel Institute utilise des analyses de données basées sur l’IA pour identifier, cartographier et hiérarchiser les risques de maladies transmissibles évitables et la santé publique dans le monde entier[9], dans le cadre de sa mission visant à améliorer la vie des populations mondiales les plus vulnérables aux maladies infectieuses.

L’Institut Jameel a été à l’avant-garde de la réponse du SRAS-CoV-2 (Covid-19), en travaillant avec les gouvernements et les organisations multilatérales pour comprendre l’impact de la maladie sur la santé publique, l’économie et la politique. En mai 2020, alors que la pandémie de Covid-19 commençait à exercer des pressions sans précédent sur les systèmes de santé à travers le monde, l’institut a lancé un outil numérique pour aider les hôpitaux et les services de santé publique à gérer plus efficacement les capacités critiques, leur permettant de répondre à la demande accrue.

Développé par une équipe de chercheurs dirigée par la directrice adjointe Dr Katharina Hauck, le Jameel Institute Pandemic Hospital Planner peut calculer la capacité des lits, du personnel et des équipements de ventilation lors de la mise en œuvre d’un certain nombre d’interventions de prestation de soins de santé, telles que l’annulation des interventions chirurgicales électives et la conversion des blocs opératoires en services de soins intensifs. Le planificateur permet également à la direction de l’hôpital de calculer le nombre de membres du personnel supplémentaires nécessaires pour opérationnaliser complètement les lits supplémentaires.

Un autre laboratoire de recherche soutenu par Community Jameel, le Laboratoire d’Action Contre la Pauvreté, ou J-PAL, au MIT, a également un programme de santé spécifique. Le secteur de la santé de J-PAL se concentre sur l’identification des politiques et programmes efficaces pour améliorer la portée, la qualité et l’adoption des services et produits de santé. Les projets récents comprennent une initiative visant à augmenter la vaccination contre la rougeole en Inde, et des recherches sur l’efficacité de la diffusion gratuite de produits de santé préventive dans les pays à faibles revenus.

En Arabie saoudite, Community Jameel a établi le programme Tanweer pour les orphelins en 2005, en partenariat avec le ministère saoudien du Travail et du Développement social. Il vise à faire une différence significative pour les orphelins âgés de 14 à 17 ans, en améliorant leur bien-être et en illuminant leur vie avec un voyage international annuel, en élargissant leurs horizons culturels et en les motivant à poursuivre leurs progrès académiques.

En collaboration avec l’Université du roi Abdulaziz, Community Jameel Saudi a lancé le Fonds Jameel pour la recherche et l’innovation sur les maladies infectieuses afin de lutter contre la Covid-19 et les maladies connexes causées par des virus infectieux. Le Fonds Jameel soutient de nombreux projets de recherche et améliore la capacité des spécialistes à identifier, prévenir, diagnostiquer et traiter ces maladies. En outre, le fonds publie des articles accrédités basés sur des recherches spécialisées qui sont menées et examinées par des spécialistes et des chercheurs réputés dans le domaine de la santé, sous la supervision d’un comité conjoint qui comprend des représentants de l’Université du roi Abdulaziz et de l’Imperial College London.

S’inscrire dans l’avenir . . .

Aider à financer l’innovation et les technologies de pointe par le biais de laboratoires de recherche comme la Jameel Clinic et l’Institut Jameel démontre la profondeur de l’engagement à long terme de la famille Jameel pour relever les défis mondiaux en matière de santé.

Mais la R&D seule ne nous mènera qu’en partie vers les objectifs de l’ODD 3. Pour améliorer durablement et concrètement les soins de santé, il faut sortir la recherche des laboratoires et la transmettre aux patients sur le terrain, là où elle fait cruellement défaut. C’est pourquoi Abdul Latif Jameel travaille également en partenariat avec les principales sociétés de technologie de la santé à travers le monde, dans le but de renforcer l’accessibilité aux soins de santé.

Cyberdyne buildingEn 2017, un accord de partenariat a été signé avec l’innovateur japonais des technologies de la santé Cyberdyne, qui se spécialise dans la technologie avancée de réhabilitation des lésions rachidiennes à l’aide d’exosquelettes robotiques. Le partenariat a vu cette technologie passionnante introduite en Arabie saoudite pour la première fois. Cet accord avec Cyberdyne a été prolongé jusqu’en 2019, dans le but de déployer la technologie Hybrid Assistive Limb (HAL®) dans la région du Golfe[10] et d’établir l’hôpital Abdul Latif Jameel comme centre de formation régional.

Abdul Latif Jameel a établi un partenariat similaire avec un autre pionnier japonais des technologies de la santé : Cellspect, en 2019. Cellspect a mis au point un dispositif innovant de test au point de service qui permet de vérifier le métabolisme du sucre, les lipides et la fonction hépatique en cinq minutes seulement. Cette collaboration tend à apporter cette solution de tests sanguins rapides et abordables dans les pays en développement à travers le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Inde.

Un accord entre Abdul Latif Jameel et l’Organisation japonaise pour le développement des dispositifs médicaux (JOMDD), a également contribué à la commercialisation et à la distribution de technologies de pointe. Cet accord vise à aider les scientifiques, les ingénieurs, les cliniciens et les entrepreneurs à mettre au point de nouveaux dispositifs et de nouvelles technologies. La première de ces techniques est déjà introduite : une technique chirurgicale innovante AV NeoTM : il s’agit d’une alternative au remplacement valvulaire aortique artificiel utilisant les propres tissus des patients, avec un taux de survie à 10 ans de 85,9 % par rapport à moins de 80 % pour les procédures alternatives.

Une plateforme solide pour l’action

Akram Bouchenaki
Akram Bouchenaki
PDG d’Abdul Latif Jameel Health

En 2020, alors que le monde se débattait pour contenir la pandémie de Covid-19, Abdul Latif Jameel a redoublé d’efforts dans son engagement à l’amélioration de l’accès mondial aux soins de santé avec la création d’Abdul Latif Jameel Health.

Abdul Latif Jameel Health reflète l’engagement de longue date de la famille Jameel à innover pour un avenir meilleur.

Dirigée par Akram Bouchenaki, ancien directeur exécutif du géant de la santé Gilead Sciences, elle se consacre à améliorer la santé dans des régions en développement plus vastes en investissant dans des projets, des partenaires et des produits pouvant contribuer à améliorer l’accès aux soins de santé pour ceux qui en ont le plus besoin.

Abdul Latif Jameel Health travaille avec la branche d’investissement mondiale de la famille Jameel, JIMCO (Abdul Latif Jameel Investment Management Company) et le Fonds dédié aux sciences de la vie JIMCO pour accélérer l’accès aux soins médicaux modernes avec une série d’investissements ciblés, y compris dans des sociétés telles qu’Evelo Biosciences, Cellarity, AVNeo, entre autres.

Le premier partenariat a été signé en janvier 2021. Il s’agit d’un partenariat commercial avec Evelo Biosciences, une société de biotechnologie spécialisée dans les essais cliniques basée aux États-Unis qui développe un nouveau type de médicaments administrés par voie orale. Dans le cadre de l’accord, les deux sociétés collaboreront pour développer et commercialiser le EDP1815, le principal produit candidat contre l’inflammation d’Evelo, au Moyen-Orient, en Turquie et en Afrique.

Fady Jameel
Fady Jameel
Fondateur, Abdul Latif Jameel Health
Président délégué et vice-président,
Abdul Latif Jameel

À peine un mois plus tard, l’investissement suivant a été convenu avec Cellarity, innovateur de pointe dans les sciences de la vie. Fondée par Flagship Pioneering, Cellarity innove dans une nouvelle approche de la découverte de médicaments basée sur la modélisation informatique du comportement cellulaire. Cela conduit à une compréhension plus complète de la biologie des systèmes et des réseaux qui permet de découvrir des médicaments ciblant le comportement cellulaire pour une grande variété de maladies. D’autres contrats sont déjà en préparation.

« Abdul Latif Jameel a prouvé pendant plus de 75 ans sa capacité à établir des partenariats à tous les niveaux dans de multiples industries, à comprendre les différents marchés et, surtout, à fournir ce dont ces différents marchés ont besoin pour répondre aux attentes locales.

Abdul Latif Jameel Health reproduit ce modèle dans l’industrie de la santé, accélérant l’accès aux soins médicaux modernes en ouvrant de nouveaux marchés pour la distribution de solutions existantes, en mettant particulièrement l’accent sur l’hémisphère sud, et en investissant dans l’avenir de MedTech,” déclare Fady Jameel, fondateur, Abdul Latif Jameel Health et président délégué et vice-président, Abdul Latif Jameel International.

Travailler vers un avenir plus brillant, plus sain pour tous

Sans aucun doute, et malgré la richesse croissante de notre société, l’échelle mondiale des défis auxquels nous sommes confrontés en matière de soins de santé est sans précédent. La résolution de ces problèmes et la réalisation des objectifs de l’ODD 3 de l’ONU nécessiteront un effort stratégique et unifié. Mais c’est un effort que nous devons faire pour assurer une meilleure santé et un meilleur bien-être, ainsi qu’un avenir meilleur pour les communautés dans tous les coins de notre planète.

L’accès aux soins de santé doit être considéré comme un droit de l’homme fondamental et inaliénable, tout comme l’eau ou le logement, où que vivent les gens et quelles que soient leurs ressources financières. Bien qu’il s’agisse d’un problème difficile et multiforme, Abdul Latif Jameel et Community Jameel, qui travaillent avec des partenaires engagés dans les secteurs public, privé et tiers, sont déterminés à faire partie de la solution.

Découvrez comment les activités de la famille Jameel contribuent aux Objectifs de développement durable sur : https://jameel75.com/sdg ; regardez notre vidéo et téléchargez un rapport de synthèse.

[1] https://www.who.int/hdp/en/

[2] Sustainable Development Goals | United Nations Development Programme (undp.org)

[3] Sustainable Development Goals | United Nations Development Programme (undp.org)

[4] https://www.thelancet.com/journals/langlo/article/PIIS2214-109X(17)30488-6/fulltext/

[5] https://elibrary.worldbank.org/doi/10.1596/978-1-4648-0527-1_ch13#

[6]https://www.jclinic.mit.edu/post/neural-network-aided-quarantine-control-model-estimation-of-covid-spread

[7]https://www.jclinic.mit.edu/post/ml-for-covid-19-can-ai-give-you-an-alert-indicating-a-viral-infection-before-you-feel-symptoms

[8]https://www.jclinic.mit.edu/post/ml-for-covid-19-can-ai-give-you-an-alert-indicating-a-viral-infection-before-you-feel-symptoms

[9]https://www.imperial.ac.uk/jameel-institute/research/strengthening-health-systems/

[10]https://www.alj.com/en/news/abdul-latif-jameel-and-cyberdyne-expand-collaboration-across-gcc-region/