La modernisation du secteur de l’entreprise en Arabie saoudite gagne de la vitesse après une année 2018 encourageante. Les initiatives économiques et sociales attirent l’attention d’entreprises internationales et annoncent un avenir encore plus brillant pour le pays.

Comme l’a noté PricewaterhouseCoopers (PwC) dans son Enquête annuelle internationale auprès des PDG en 2019, l’Arabie saoudite devient de plus en plus un point focal pour les PDG d’autres pays du Moyen-Orient : « Il est clair que pour réussir dans la région, nos PDG estiment qu’il faut réussir dans le Royaume, véritable moteur de croissance dans la région qui poursuit sa transformation Vision 2030 selon le rythme prévu. » [1]

View of Middle East CEOs

Selon le même rapport, 90 % des PDG de la région ont indiqué qu’ils étaient très ou assez confiants concernant la croissance du chiffre d’affaires au cours des trois prochaines années, soit 4 % de plus que la moyenne mondiale. Démontrant un état d’esprit de plus en plus international, les mêmes PDG s’ouvrent davantage aux nouvelles alliances stratégiques et aux co-entreprises que leurs homologues au niveau mondial (49 contre 40 %).

En parallèle, Bloomberg cite le récent rapport de l’Autorité monétaire saoudienne du 1er juin et déclare que le déficit budgétaire du gouvernement est tombé à 4,6 % du PIB en 2018 (un chiffre nettement inférieur par rapport à 2017, où il était de 9,3 %). Au cours de la même période, le chiffre d’affaires du gouvernement a augmenté de 30 % et les dépenses de 11 %, atteignant environ 1 billion de riyals saoudiens [2].

 

Reconnaissant l’importance d’une plus grande diversification économique dans les années à venir, le Fonds Monétaire International estime que la croissance commerciale non pétrolière en Arabie saoudite va se renforcer jusqu’à atteindre 2,9 % en 2019, puis un pourcentage entre 3 et 3,25 % à moyen terme, à mesure que les réformes actuelles paieront des dividendes [3].

Ces résultats dépeignent l’image enthousiaste d’un pays déterminé à devenir un incubateur dynamique pour l’innovation d’entreprise, et qui utilise les défis d’aujourd’hui comme tremplin pour les occasions que porte l’avenir.

Les réformes contribuent à façonner un paysage d’entreprise évolutif

Les raisons de cet optimisme sont bien fondées.

Cette année, le gouvernement a eu le budget le plus important à sa disposition : plus de 293 milliards USD, dont 53 milliards USD alloués à un plan de relance du secteur privé à moyen terme. En juin 2019, l’Arabie saoudite a fait ses premiers pas dans l’Indice MSCI Emerging Markets. MSCI a indiqué que cette action faisait suite à « un certain nombre d’améliorations réglementaires et opérationnelles sur le marché des actions saoudiennes, qui ont efficacement amélioré l’accès au marché pour ces investisseurs. » [4]

Si le pays a le vent en poupe, le programme de réforme ambitieux et actuel doit absorber une partie du crédit.

L’introduction en 2018 de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) a contribué à rapprocher le cadre économique de l’Arabie saoudite du modèle international. Définie à 5 % pour la plupart des biens et services, elle a découragé très peu de PDG : quatre sur cinq notent toujours les impôts personnels et professionnels dans le pays comme compétitifs ou très compétitifs.[5]

La levée de l’interdiction de conduire pour les femmes en 2018 libère toute une nouvelle démographie de la main-d’œuvre pour pouvoir gagner sa vie, payer des impôts et devenir entrepreneuriale. Il en va de même pour l’annonce faite en août 2019, selon laquelle les femmes pourront demander un passeport et voyager à l’étranger sans l’autorisation d’un tuteur masculin. Le ministère saoudien de l’information a déclaré que les déplacements sont une partie essentielle des « efforts du pays pour promouvoir les droits et l’autonomisation des femmes, égales aux hommes[1] ».

Autre signe de libéralisation progressive, l’industrie du divertissement s’attend à un énorme essor : des cinémas ont ouvert pour la première fois depuis 1979, et un large éventail d’artistes de musique et de performance internationaux se rendent dans le pays. PwC estime que l’exposition cinématographique générera 266,6 millions USD à elle seule en PIB et créera 1 000 nouveaux emplois d’ici 2020 [6], sans oublier les avantages associés : une société plus détendue aide à attirer plus d’entreprises et de touristes étrangers.

Le FMI indique clairement que cette série de réformes se traduit déjà par des résultats tangibles, reconnaissant une croissance des revenus non pétroliers et une transparence fiscale supérieure [7].

Toujours, dit le FMI, les défis persistent. Alors que l’Arabie saoudite réduit progressivement sa dépendance économique à la production de combustibles fossiles, le pays reste vulnérable aux fluctuations des prix internationaux du pétrole et la proportion relative de l’économie occupée par le secteur public reste importante par rapport à de nombreux autres pays.

En s’attaquant à ces problèmes, l’Arabie saoudite peut cependant continuer à évoluer rapidement vers l’idéal du FMI : « une économie diversifiée, productive et concurrentielle ».

Viser une vision dorée de l’avenir

Au cœur du processus de réformes de l’Arabie saoudite se trouve la stratégie de développement national Vision 2030, un plan d’envergure visant à réduire la dépendance au pétrole, diversifier l’économie locale, améliorer les services publics et encourager davantage le commerce à l’étranger.

Dévoilé en 2016 par le Prince héritier Mohammed ben Salmane, le plan Vision 2030 a joué un rôle essentiel dans l’ouverture de l’Arabie saoudite sur le marché mondial. Signe précoce de son efficacité, Reuters a noté qu’en 2018, l’investissement étranger en Arabie saoudite a atteint 3,5 milliards USD, soit une hausse de 110 % [8].

En annonçant les chiffres, le ministre de l’économie et de la planification, Mohammed al-Tuwaijri, a également révélé que cinq secteurs de l’économie seront privatisés en 2019, ce qui créera quelque 12 000 emplois et générera jusqu’à 25 à 40 milliards de riyals saoudiens d’ici 2020.

La bannière Vision 2030 regroupe environ 80 projets, dont beaucoup sont financés par le Fonds d’investissement public. Ils reflètent tous la nouvelle attitude internationale prévalant dans le pays.

Parmi eux, on retrouve le développement semi-autonome du tourisme et des loisirs dans la Mer rouge sur la partie nord de la côte du Hedjaz, comprenant 50 îles et 34 000 kilomètres carrés de terres, qui seront « régis par des lois fondées sur les normes internationales » et proposeront des accords de visa simplifiés [9].

Ailleurs, une Autorité générale pour le divertissement a été dévoilée par décret royal. Son fonds de 2 milliards de livres sterling couvre des événements sportifs, des centres culturels, des salles de concert et un parc à thème.

Les autres programmes à budget important comprennent le projet Neom chiffrant à 500 milliards USD, une « ville intelligente » proposée dans la province de Tabuk, près de la frontière avec l’Égypte et la Jordanie. Dotée de ses propres lois fiscales et de travail et d’un système judiciaire indépendant, cette ville de 26 500 km carrés sera financée par l’introduction en bourse de la société pétrolière d’état Saudi Aramco en 2020/2021 [10].

Un projet de production d’énergie solaire de 200 milliards USD est également en cours, en partenariat avec la SoftBank japonaise, pour fournir à l’Arabie saoudite 200 gigawatts d’énergie [11].

Les experts en investissement au sein de l’OBG (Oxford Business Group), qui décrivent l’avenir de l’Arabie saoudite comme « brillant et jeune », suggèrent que les objectifs de Vision 2030 sont tout à fait accessibles. Dans l’enquête d’OBG auprès des PDG saoudiens, 82 % ont estimé que le pays « réussirait ou réussirait très bien à atteindre les objectifs de Vision 2030 ». OBG a ainsi noté le « sentiment d’un dynamisme renouvelé, encadré par une grande tranche démographique de jeunes hautement instruits, avec 70 % de la population en Arabie saoudite âgée de moins de 30 ans ».

Les réformes contribuent à améliorer la position commerciale de l’Arabie saoudite

Le projet Vision 2030 a poussé l’Autorité générale des investissements saoudienne (SAGIA) à réformer davantage sa stratégie d’investissement, avec le lancement en 2017 de son comité Tayseer.

Le but de Tayseer est de stimuler l’environnement commercial du secteur privé de quatre manières clés : en rendant les services gouvernementaux plus efficaces, en établissant l’Arabie saoudite parmi les 20 premiers pays dans le monde pour les affaires à l’échelle mondiale, en introduisant de nouvelles réglementations pour stimuler le secteur privé, et en impliquant le secteur privé plus directement dans la prise de décision.

De nouvelles règles ont déjà été introduites pour réguler les transactions transfrontalières, protéger les investisseurs, renforcer les contrats et améliorer la transparence. Une autre centaine de réformes attendent d’être approuvées, ce qui a convaincu la Banque mondiale de classer l’Arabie saoudite comme le 4e « meilleur réformateur » parmi les nations G20 en 2018.

Le plan Vision 2030 formalise l’ambition du pays d’augmenter les investissements directs étrangers de 3,8 % du PIB, pour atteindre le niveau de référence international de 5,7 % du PIB d’ici 2030. De plus, l’économie de la Chine devrait dépasser celle des États-Unis d’ici 2030, ce qui pousse à rechercher des liens plus étroits avec l’Extrême-Orient. La Chine est déjà le plus gros importateur de marchandises en Arabie saoudite, et le deuxième marché le plus important pour les exportations saoudiennes. Ce mélange puissant n’est pas perdu pour le Washington Post, qui estime que « ces liens de croissance entre le Golfe et l’Asie ont le potentiel de remodeler les schémas et les relations géopolitiques ».

Son Excellence, Ing. Ibrahim Al-Omar, gouverneur de la SAGIA, explique : « Alors que nous continuons à travailler sur la promesse de la Vision en menant des réformes visant à faciliter davantage le commerce dans le Royaume, et à identifier et promouvoir des opportunités d’investissement, je pense que l’Arabie saoudite occupera une place plus importante sur la scène mondiale des lieux passionnants reconnus pour faire des affaires. »

Les introductions en bourse sont synonymes de valeur et de confiance accrue

Les stratégies récoltent donc des fruits et sont un avant-goût optimiste d’une plus grande activité économique à venir. Ernst & Young (EY) a enregistré 26 introductions en bourse dans la région MENA en 2018, qui ont rassemblé près de 3 milliards USD ; les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont représenté 18 de ces introductions en bourse, pour une valeur collective de plus de 2,5 milliards USD ; et parmi ceux-ci, l’Arabie saoudite a mené la voie en termes de volume et de valeur, avec 12 introductions en bourse évaluées à 1 472,4 milliards USD [12].

EY a souligné deux introductions en bourse saoudiennes particulièrement importantes fin 2018 : Alkhabeer REIT (qui a levé 64,1 millions USD) et la National Company for Learning and Education (qui a levé 66,7 millions USD).

En outre, EY note que le pays prévoit de privatiser 20 sociétés supplémentaires en 2019, dans tous les secteurs, y compris l’eau, l’agriculture, l’énergie et les sports, et ajoute : « Pour aider à renforcer la transparence, le gouvernement prévoit de conserver des intérêts minoritaires dans les entreprises et d’entreprendre des introductions en bourse et d’autres transactions pour un certain pourcentage de chaque actif. »

Pour sa part, l’Agence monétaire d’Arabie saoudite (SAMA) indique qu’elle a perçu un intérêt grandissant des banques régionales souhaitant une présence saoudienne. Cette année, la banque suisse Credit Suisse a reçu l’aval pour une licence bancaire en Arabie saoudite. D’autres banques d’investissement étrangères, comme Citigroup et Moelis & Co, ont également demandé l’autorisation d’opérer dans le pays.

S’adressant à Reuters, le gouverneur de SAMA, Ahmed al-Kholifey, a déclaré : « Nous considérons cela comme un vote de confiance envers notre économie et le secteur bancaire en particulier. » [13]

Un pays avant-gardiste et tourné vers l’extérieur

Abdul Latif Jameel, l’une des entreprises fondamentales du pays, est au premier plan de la croissance et de la transformation rapides du secteur privé.

Son impact sur le plan Vision 2030 et l’évolution de l’environnement d’entreprise en Arabie saoudite, d’un point de vue multinational, sont démontrés grâce à ses investissements croissants dans un large éventail de secteurs : transport, fabrication, énergie, services financiers, immobilier, etc.

Dès 2018, Abdul Latif Jameel s’est associée au Groupe Al Muhaidib pour fonder une nouvelle co-entreprise, Muheel, une société de gestion intégrée des installations (IFM) inspirée par le « concept d’économie ouverte prospère pour l’entreprise » du plan Vision 2030. Il y a ensuite le contrat d’infrastructure massif conclu pour la construction d’une usine de dessalement à Shuqaiq sur la côte de la mer Rouge, un projet de 600 millions de dollars destiné à créer 700 nouveaux emplois et à fournir de l’eau potable à des milliers de foyers et d’entreprises, conformément à la Vision 2030 objectif d’accroître l’investissement et l’emploi.

Alors que davantage d’entreprises capitalisent nationalement sur l’environnement de l’entreprise modernisé en Arabie saoudite, et que davantage de gouvernements et d’entreprises étrangers reconnaissent le potentiel de son personnel, ses compétences et son ambition, l’approche avant-gardiste et tournée vers l’extérieur d’Abdul Latif Jameel lui permet d’être bien équipée pour ouvrir la voie vers 2030.

Son Altesse Royale le Prince héritier Mohammed bin Salman, s’exprimant au sujet de sa vision pour le pays à travers le prisme de Vision 2030, a déclaré que le projet « guide nos aspirations vers une nouvelle phase de développement, afin de créer une société dynamique dans laquelle tous les citoyens peuvent réaliser leurs rêves, leurs espoirs et leurs ambitions de réussir dans une économie prospère. » [14]

REFERENCES:

[1] https://www.pwc.com/m1/en/ceo-survey.html

[2] https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-06-02/saudi-arabia-s-economic-growth-seen-picking-up-again-in-2019

[3] https://www.imf.org/en/News/Articles/2019/05/15/mcs051519-saudi-arabia-staff-concluding-statement-of-the-2019-article-iv-mission

[4] https://www.msci.com/www/blog-posts/saudi-arabia-inclusion-and/01297979912

[5] https://oxfordbusinessgroup.com/blog/billy-fitzherbert/obg-business-barometer/how-do-ceos-saudi-arabia-view-local-conditions-during-times-of-global-economic-uncertainty?utm_source=Oxford%20Business%20Group&utm_medium=email&utm_campaign=10248469_OBG%20Business%20Barometer%3A%20Saudi%20Arabia%20CEO%20Survey&utm_content=KSASurvey-Jan19-BillyAnalysis&dm_i=1P7V,63NRP,QZEKVW,NYQTI,1

[6] www.pwc.com/m1/en/publications/cinemas-in-saudi-arabia-opportunity.html

[7] https://www.imf.org/en/News/Articles/2019/05/15/mcs051519-saudi-arabia-staff-concluding-statement-of-the-2019-article-iv-mission

[8] https://uk.reuters.com/article/us-saudi-budget-energy-industry-idUKKBN1OI0QU

[9] https://www.telegraph.co.uk/travel/galleries/the-worlds-most-visited-cities-where-does-london-rank/mecca/

[10] https://www.cnbc.com/2017/10/24/saudis-500-billion-plan-to-neom-business-city.html

[11] https://www.reuters.com/article/us-saudi-softbank-group-solar/softbank-says-it-is-working-with-saudi-pif-on-solar-power-project-idUSKCN1MC28T

[12] https://www.ey.com/em/en/newsroom/news-releases/news-ey-26-ipos-raise-uss2946-2m-in-2018-in-mena-region

[13] https://www.ey.com/em/en/newsroom/news-releases/news-ey-26-ipos-raise-uss2946-2m-in-2018-in-mena-region

[14] https://vision2030.gov.sa/en

[1] Saudi Arabian women finally allowed to hold passports and travel independently, CNN, 2 August 2019