Alimentés par la baisse des coûts de la batterie et par la volonté croissante de parvenir à un mix énergétique plus propre, les véhicules hybrides, les hybrides rechargeables et les véhicules entièrement électriques deviennent rapidement une réalité quotidienne pour les populations du monde entier. Alors, à quoi ressemble l’avenir de l’industrie automobile ? Les véhicules électriques ont-ils vraiment un attrait durable pour les consommateurs et les régulateurs ? Ou vont-ils subir le même sort que certains des autres carburants alternatifs, comme le GPL, le GNL, le bioéthanol et l’hydrogène, présentés comme des changeurs de donne dans le passé? 

L’augmentation des ventes mondiales de véhicules électriques était fixée à 33 % en 2018, passant de 1,2 million à 1,6 million par rapport à l’année précédente. En 2019, elles devraient atteindre 2 millions, soit une hausse annuelle de 25 %[1].

Toyota, partenaire de longue date de Abdul Latif Jameel Motors depuis plus de 60 ans, a déclaré son ambition de réaliser des ventes annuelles de one million zero emission vehicles by 2025. Il a surpassé son propre 2020 target in 2017.

General Motors et Volvo Cars ont publié des aspirations similaires. La Nissan Leaf est le véhicule électrique le plus populaire au monde depuis un certain temps. Depuis 2010, ce dernier et son prédécesseur ont été vendus à plus de 350 000 exemplaires dans le monde. Il est maintenant disponible sur 51 marchés, avec un véhicule vendu en Europe toutes les 10 minutes en 2018[1]. Derrière Nissan se trouvent les nouveaux venus 100 % électriques, dont Tesla, NIO, Lynk & Co. Faraday Future et, plus récemment, RIVIAN. Cependant, tous n’y parviendront pas – Fisker Automotive en est l’exemple le plus connu. Fondé en 2008, le constructeur américain de véhicules électriques a été déclaré en faillite en 2013. Ses actifs ont ensuite été acquis par le groupe chinois Wanxiang, tandis que Henrik Fisker, le fondateur éponyme de la société, a mis en place un nouveau producteur de véhicules électriques – Fisker Inc. en 2016.

Les gouvernements du monde entier se fixent également des objectifs – et dans certains cas, légifèrent – pour que les véhicules électriques deviennent le choix dominant pour les véhicules des deux prochaines décennies. Le gouvernement norvégien, par exemple, veut que toutes les nouvelles voitures soient à zéro émission d’ici 2025[2]. Au Royaume-Uni, le gouvernement interdira la vente de voitures particulières à moteur à combustion interne (ICE) à partir de 2040, laissant uniquement les véhicules hybrides et électriques à la disposition des consommateurs. Et au Canada, le gouvernement a prévu que 500 000 véhicules électriques soient en circulation en 2018. En fin de compte, cet objectif s’est révélé trop ambitieux. Pourtant, cela indique clairement la direction que prend le pays.

Quelque chose dans l’air est en train de changer. En effet, le rythme accéléré actuel de l’innovation technologique et réglementaire, les incitations gouvernementales, les lancements de produits, le battage médiatique et l’accélération de l’adoption par les consommateurs sont tels que certains analystes prédisent la présence de 400 modèles de véhicules électriques sur le marché d’ici 2025 et des ventes mondiales s’élevant à 25 millions[3].

À l’horizon 2040, Bloomberg New Energy Finance prévoit que les véhicules électriques représenteront 33 % du parc automobile mondial et 55 % des ventes de voitures neuves (contre 1 % seulement en 2016[4]), avec près de 560 millions sur la route partout dans le monde[5]. D’autres experts du secteur prévoient que les véhicules hybrides et électriques représenteront la moitié des ventes mondiales de voitures neuves d’ici 2030[6].

Bien entendu, il ne suffit pas simplement de prendre en compte le nombre de véhicules électriques en circulation. L’infrastructure de charge, lente ou rapide, reste un obstacle dans de nombreux pays, tandis que l’approvisionnement en certaines matières premières, comme le cobalt, pourrait créer des obstacles sur la route des batteries moins chères[1]. Pourtant, une croissance sérieuse est incontestable. D’ici 2023, le marché mondial des chargeurs de véhicules électriques devrait atteindre 1 786 milliards USD (contre 163 milliards USD en 2016)[2].

Il est clair que les ventes de véhicules hybrides et électriques croissent de manière exponentielle dans le monde entier, et on s’attend à ce qu’elles gagnent en popularité alors qu’une nouvelle génération tourne le dos aux véhicules ICE traditionnels. Mais quels sont les pays qui stimulent le changement ?

La Chine, où Abdul Latif Jameel Motors occupe une présence primée sur le marché de l’automobile, représentait presque 50 % des ventes mondiales de véhicules électriques en 2017. Elle devrait rester le plus grand marché de véhicules électriques au monde jusqu’en 2023, voire 2025.[1].

Avec les prix des batteries pouvant chuter jusqu’à 20 % par an, certains observateurs s’attendent à ce que le taux de croissance annuel composé (CAGR) du marché des véhicules électriques neufs (NEV) en Chine atteigne 46 % d’ici 2020[1].

Le concurrent le plus proche de la Chine, l’Europe, représentait 26 % du marché mondial en 2017[2]. En Norvège, les véhicules électriques ont représenté 39 % des ventes de voitures neuves en 2017. L’Islande (11,7 %) et la Suède (6,3 %) ont également vu les véhicules électriques faire une percée la même année[3].

Des progrès importants ont également été réalisés dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord et Turquie, notamment en Turquie, au Maroc, dans les Émirats arabes unis et en Arabie saoudite.

En Turquie, le gouvernement propose une gamme d’incitations financières et d’exonérations fiscales pour les véhicules hybrides et électriques afin de promouvoir les solutions de remplacement aux véhicules ICE. Cela semble avoir eu un impact significatif : les ventes de voitures hybrides ont augmenté de 61,5 % au premier semestre de 2018, tandis que la moitié des ventes totales de la Toyota C-HR en 2017 provenaient du modèle hybride.

Ali Haydar Bozkurt, PDG de Toyota Turquie Marketing & Ventes

Ali Haydar Bozkurt, PDG de Toyota Turquie Marketing & Ventes (TTMS), a déclaré : « Nous avons mobilisé tous nos détaillants en Turquie pour promouvoir l’intérêt pour les voitures hybrides, et la hausse des ventes d’hybrides reflète cette tendance. Chez Toyota, nous travaillons continuellement pour nous assurer que nos employés sont bien informés des avantages de cette technologie pour l’environnement, l’économie et la conduite ».

La Turquie, comme la plupart des pays, redouble d’efforts pour résoudre bon nombre de problèmes communs liés à l’adoption d’une nouvelle génération de véhicules, en particulier autour des infrastructures. « En Turquie, les stations de recharge de véhicules électriques sont en augmentation, mais restent très rares », précise Ali. « À l’heure actuelle, la majorité de ces stations se trouvent à Istanbul, Ankara et Izmir. Nous nous attendons réellement à une augmentation vers 2022, lorsque le projet de véhicule électrique local du gouvernement sera lancé. »

Au Maroc, Toyota devrait lancer son véhicule Corolla Hybrid en avril 2019, les Corolla diesel actuels étant considérés comme étant à la fin de leur cycle de vie. Les ventes d’hybrides ont augmenté de 200 % en 2018 par rapport à 2017, mais à partir d’une base très faible. Cependant, le gouvernement prend des décisions qui semblent prêtes à assurer un avenir sain aux véhicules hybrides et électriques. Il a instauré un taux préférentiel de droit de douane de 2,5 % seulement sur les hybrides, les a exemptés de la taxe de luxe du pays et devrait également les exempter de la taxe de circulation. Toyota et Lexus, les deux seules marques du pays à réaliser un volume important de ventes de véhicules hybrides et électriques, semblent bien placées pour tirer parti de ces changements. Toyota du Maroc a réalisé 20 % de ses ventes en 2018 avec des véhicules hybrides et était présente au salon de l’automobile de Casablanca pour souligner la position de Toyota en tant que leader pour les véhicules hybrides.

En ce qui concerne les véhicules électriques, le gouvernement a déjà commencé à développer un réseau de bornes de recharge pour inciter les acheteurs à opter pour l’électricité, mais la couverture est encore limitée, avec une quarantaine de bornes de recharge actuellement disponibles.

Dans le même temps, aux Émirats arabes unis, le gouvernement envisage que 20 % de son parc automobile soit constitué de véhicules électriques d’ici 2020 – une décision susceptible d’être soutenue par International Energy Agency, qui stipule que « Les programmes de marchés publics pour les véhicules à zéro émission, par exemple pour alimenter un parc de véhicules municipal, peuvent stimuler de manière décisive la création et l’expansion du marché[1] ».Tesla a joué un rôle déterminant dans l’augmentation du nombre de véhicules électriques. En seulement deux ans, le nombre de véhicules électriques Tesla vendus est passé de 89 en 2016 à 4 221 en 2018.

Dubaï à elle seule veut avoir 42 000 véhicules électriques sur ses routes au cours de la prochaine décennie[2]. Le stationnement gratuit et l’alimentation gratuite à partir des 200 bornes de recharge sont deux des incitations offertes pour renforcer l’adoption de véhicules électriques.[3], avec les prêts bancaires verts, les régimes d’assurance verts et l’immatriculation verte des véhicules[4]. Des initiatives telles que le voyage en véhicule électrique[5], qui s’étend des Émirats arabes unis jusqu’à Muscat, en Oman, continue de faire connaître ces véhicules dans une région où les véhicules ICE restent dominants, en partie à cause du bas prix du carburant comparé à d’autres régions du monde.

Il y a aussi des progrès en Arabie saoudite. En 2016, le pays était le premier du GCC à commercialiser la Toyota Prius, grâce à la relation depuis six décennies d’Abdul Latif Jameel avec le géant de l’automobile japonais[1]. Deux ans plus tard, en mai 2018, Abdul Latif Jameel Motors a lancé une nouvelle Toyota Camry Hybrid – un véhicule qui réduit considérablement le nombre de visites aux stations-service grâce à des batteries pouvant être chargées soit par le moteur à essence, soit lors du freinage[2].

En ce qui concerne les véhicules entièrement électriques, à ce jour, peu d’initiatives spécifiques ont été lancées pour promouvoir les véhicules électriques, mais le gouvernement met en œuvre des règlements d’application. La SASO (Saudi Arabian Standards Organisation) envisage de réglementer l’utilisation des véhicules électriques. Certains modèles de véhicules Tesla ont été approuvés à titre expérimental et des études de faisabilité sont en cours sur les besoins en infrastructure.

Des incitations fiscales, y compris des subventions gouvernementales, peuvent contribuer à encourager les achats de véhicules électriques à l’avenir. La première station de recharge de véhicules électriques du pays a été installée à Djedda en octobre 2018, mais comme dans de nombreux autres marchés, le manque d’infrastructures nationales appropriées reste un défi majeur.

Abdul Latif Jameel s’est engagé à maximiser le développement et les opportunités d’une nouvelle génération de véhicules hybrides et électriques. Ce faisant, nous visons à contribuer au progrès économique et à la prospérité en Arabie saoudite, dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord et Turquie et au-delà.

Grâce à notre philosophie unique « les clients d’abord », nos salles d’exposition automobiles de premier plan et nos relations de longue date avec Toyota et Lexus, nous sommes impatients de proposer de nouvelles options au secteur des transports et d’aider chaque citoyen à jouir d’un niveau de vie amélioré pendant de nombreuses années à venir.

[1] Global Electric Vehicle Market Looks to Fire on All Motors in 2019, Frost & Sullivan, 3 April 2018

[2] One year on, new Nissan LEAF leads electric vehicle sales across Europe, Nissan, 3 October 2018

[3] Visualizing EV Sales Around the World, Visual Capitalist, 16 March 2019

[4] Global Electric Vehicle Market Looks to Fire on All Motors in 2019, Frost & Sullivan, 3 April 2018

[5] Driving into 2025: The Future of Electric Vehicles, J.P. Morgan, 10 October 2018

[6] Electric Vehicle Outlook: 2018, Bloomberg New Energy Finance

[7] Global Hybrid and Electric Vehicle Forecast, LMC Automotive, January 2019

[8] Electric Vehicle Outlook: 2018, Bloomberg New Energy Finance

[9] Electric Vehicles Chargers Market Overview, Allied Market Research, November 2017

[10] Global Electric Vehicle Market Looks to Fire on All Motors in 2019, Frost & Sullivan, 3 April 2018

[11] Driving into 2025: The Future of Electric Vehicles, J.P. Morgan, 10 October 2018

[12] Global Electric Vehicle Market Looks to Fire on All Motors in 2019, Frost & Sullivan, 3 April 2018

[13] Global EV Outlook 2018, International Energy Agency, May 2017

[14] Global EV Outlook 2018, International Energy Agency, May 2017

[15] Middle East among the pioneers of electric car adoption, The National, 5 November 2018

[16] Electric vehicles struggle to take off in Dubai, Arabian Business, 24 December 2018

[17] The Growing Electric Vehicle Market In The Middle East, CleanTechnica, 18 September 2017

[18] Electric vehicle road trip to cover UAE and Oman, Car Guide, 18 December 2017

[19] Abdul Latif Jameel Unveils Long Awaited Hybrid Toyota Prius, Motory, 15 February 2016

[20] All-new Camry Hybrid launched in Saudi Arabia, Saudi Gazette, 25 May 2018